Accueil » Gouvernance - Développement » Voilà comment on a siphonné les ressources du pays

Voilà comment on a siphonné les ressources du pays

Le dernier Conseil des ministres a fait ressortir une des pratiques qui ont eu cours sous le régime de la IVème république: des marchés attribués, mal exécutés ou jamais exécutés. «En effet, le bilan fait ressortir 12 complexes scolaires et 48 salles de classes prévues en 2013, 119 complexes scolaires, 155 salles de classes et 342 salles de classes progressives programmées en 2014, non livrés à la date du 22 octobre 2015.»

Image d’illustration du type de véhicule dont il est question (image intermotive.nl)
Image d’illustration du type de véhicule dont il est question (image intermotive.nl)

C’est ce genre de pratiques qui ont constitué les crimes économiques auxquels se sont livrés de nombreux opérateurs économiques véreux, délinquants au col blanc ou escrocs à la petite semaine pour siphonner les caisses de l’Etat. On use de sa position, on se fait attribuer un marché, on encaisse les sommes dues et on livre, dans le meilleur des cas, des biens de mauvaise qualité ou non conformes. Des pratiques que l’autorité a ‘’applaudies’’ et encouragées car les mêmes mauvais prestataires étaient toujours les attributaires des marchés.
Des gens, qui sont nées avant la honte, auteurs de nombreuses indélicatesses, ne se sentent plus le devoir d’exécuter convenablement les marchés à eux attribués. C’était la règle sous le ciel du Faso. On disait, trivialement, «je ne suis pas le seul».
Eh bien, vous avez certainement appris l’histoire du véhicule commandé par le Fonds de développement de l’électrification (FDE) à la société Mega-Tech Sarl qui défraie la chronique. Un petit rappel.
Le FDE veut acquérir un véhicule de type station wagon. En français de chez nous, on dit que le FDE veut acheter un véhicule tout-terrain pour pouvoir parcourir le Burkina profond et suivre ses chantiers d’électrification. Les caractéristiques du véhicule sont connues. Mega-Tech Sarl l’emporte parce que moins cher devant CFAO Motors Burkina. Le délai de livraison est de 30 jours. Le Directeur du FDE et le Gérant de Mega-Tech signent le contrat.
Entretemps, Mega-Tech demande au FDE de prendre les dispositions nécessaires pour la livraison et la réception du véhicule. Une Commission de pré-réception technique fait un constat. Une expertise du véhicule est faite. Après vérification, la Grande commission de réception, composée des représentants compétents des ministères des Mines et de l’Energie et des Finances et du Budget, se rend compte que le type de véhicule qui a été présenté par le fournisseur ne correspond pas au type proposé et accepté lors de l’évaluation de l’offre du soumissionnaire.
En effet, d’après beaucoup de constats, l’expert est arrivé à la conclusion que l’assemblage et le montage de ce type de véhicule sont réalisés à Dubaï et répondent aux mêmes caractéristiques que les véhicules de la version de 2012. Le véhicule serait donc de 2012 au lieu de 2015.
Le standing du tableau de bord n’est pas récent, constate l’expert. La jante et la roue de secours sont rouillées. L’enjoliveur de cette roue de secours est manquant. Les poignées des portières sont rouillées. Les bavettes avant et arrière sont également rouillées. Qui plus est, le véhicule a été immatriculé avant réception! Un fournisseur s’arroge le droit d’immatriculer un véhicule de l’Etat avant réception?! De cette façon, il est donc possible que des véhicules de l’Etat aient pu disparaitre du parc auto. Une affaire gravissime!
Revenons au sujet pour dire que le kilométrage affiché au compteur du véhicule marque 85.9 km. Ce qui amène l’expert à se poser la question de savoir si le véhicule a quitté le port de départ pour Ouaga par la route ou par tout autre moyen de transport de véhicules. Et de déclarer le kilométrage affiché inexact.
Pour tout dire, l’expert a déclaré que la commercialisation de ce type de véhicule (TOYOTA LAND CRUISER VDJ 200) a commencé en 2008 et que le constructeur était à la version de 2015 (celle commandée par FDE). «En conclusion, nous déclarons que l’assemblage de cette série [le véhicule proposé à la livraison par Mega-Tech, ndlr] remonte en 2012 et correspond à la version 2012 et non à celle de 2015.» Un prix de neuf pour du vieux.
D’après des informations en notre possession, Mega-Tech a réalisé des marchés similaires en défaveur d’autres clients dont des sociétés publiques et même un ministère.
Ceux qui ont reçu des véhicules ‘’chinoiserie’’ dans l’administration savent qu’ils ne tiendront pas longtemps sur nos routes, alors que nous avons besoin de véhicules qui roulent longtemps avant d’être amortis pour laisser le temps de rembourser les prêts contractés pour les acquérir.
Comment un véhicule de l’Etat peut-il venir de Dubaï alors qu’il est su que ce sont des voitures d’occasion qui y sont vendus? Pourtant, il y a des concessionnaires de ces mêmes véhicules installés ici.
Les jeunes caïds qui surfaient sur le désordre pour jouer les businessmen n’ont certainement pas compris que les temps ont changé. Aucun DG ne va céder à de telles pressions au risque de se voir dénoncer par ses propres travailleurs. Bravo donc à FDE pour n’avoir pas réceptionné un véhicule non conforme.
Quand on commande un âne, c’est qu’on a besoin d’un âne, pas d’un cheval. Il faut que nos ‘’n’opérateurs économiques‘’ apprennent à travailler avec professionnalisme et probité.
Lougouvinzourim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *