Accueil » En face du miroir » Amélioration des conditions de travail des médias: le Synatic passe à l’action

Amélioration des conditions de travail des médias: le Synatic passe à l’action

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (Synatic) a déclaré au cours d’une conférence de presse le mardi 9 août 2016 qu’il est temps de passer à l’action pour amener les nouvelles autorités à se pencher sur les conditions de travail des médias. Ils ont annoncé, à cet effet, l’organisation en fin août d’une journée nationale de protestation sous forme de sit-in assortie d’une grève générale de 24h.

Pour le Synatic, il est temps de passer à l'action
Pour le Synatic, il est temps de passer à l’action

Le secrétaire général du Synatic, Siriki Dramé, a fait savoir lors de la conférence de presse qu’il est temps de passer à l’action au regard des échanges «infructueux» avec le ministère de la Communication. Pour Siriki Dramé, il y a eu des promesses, des espoirs qui ne se sont pas concrétisés.

Selon ses confidences, le Bureau national du Synatic a remis un courrier au ministère de la Communication le 15 juin dernier lui demandant d’examiner avec diligence les différentes préoccupations des travailleurs et de lui fournir une proposition d’échéance précise pour leur résolution dans un délai de deux semaines. Mais près d’un mois et demi après l’expiration du délai, déplore M. Dramé, le Synatic n’a reçu aucune réponse du ministre qui avait pourtant promis de leur répondre en fin juin. Face à cette situation, le SG a indiqué qu’il est temps pour eux de passer à l’action. Une grève générale de 24h dans l’ensemble des médias publics du Burkina est donc prévue en fin août. «C’est la seule solution pour que nos problèmes soient résolus», s’est-il convaincu.

Les journalistes n'ont pas manqué de rendez-vous avec leur syndicat
Les journalistes n’ont pas manqué le rendez-vous

Il faut noter que les points majeurs de la plateforme revendicative du Synatic sont, entre autres, l’élaboration et l’adoption d’un statut particulier pour l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics. Comme alternative à cette revendication, M. Dramé a indiqué que le gouvernement a décidé d’ériger les Etablissements publics de l’Etat (EPE), Sidwaya et la RTB en sociétés d’Etat. Dans les lois adoptées par le Conseil national de la Transition en faveur des médias publics et privés, le SG a signalé qu’il y avait justement cette disposition de transformer les EPE en sociétés d’Etat.

Siriki Dramé, SG du Synatic
Siriki Dramé, SG du Synatic

«Il était dit que c’était dans 12 mois qu’on devait faire cette mise en œuvre. Mais nous sommes à quelques jours de l’expiration du délai et c’est toujours le blocage à ce niveau», a-t-il regretté. Aussi, poursuit Siriki Dramé, il y a la reconstitution des carrières qui est en plusieurs volets et certaines questions qui ont trouvé des pistes de solution. Mais jusqu’à présent, ce n’est pas concret. «Nous demandons qu’un échéancier clair soit établi pour les problèmes qui ont trouvé un début de solution et que ceux qui n’ont pas trouvé de solution soient résolus», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *