Accueil » Que devient? » Que devient Poda Train Raymond?

Que devient Poda Train Raymond?

Il s’appelle Poda Train Raymond (il est probablement né dans un train) mais à l’époque, les composantes de son identité ont été enchevêtrées pour lui forger un surnom: TPR. Car, nous étions en 1983, sous la Révolution démocratique et populaire (RDP) du capitaine Thomas Sankara et ses camarades où l’on raffolait des sigles. Poda Train Raymond est nommé ministre de la Justice, tutelle des Tribunaux populaires de la Révolution (TPR) institués pour remplacer les tribunaux ordinaires. Les TPR ont jugé les anciens dignitaires de la République de Haute-Volta. Il faisait bien alors d’harmoniser les initiales du ministre de tutelle et ces tribunaux. D’où les initiales TPR, au lieu de PTR ou RTP. Que devient TPR?

TPR, lors de la cérémonie de rentrée judiciaire 2016-2017
TPR, lors de la cérémonie de rentrée judiciaire 2016-2017

Beaucoup de jeunes ne le connaissent pas. Pourtant, lors de la rentrée judiciaire, il était au-devant de la cérémonie. Il est le président par intérim de la Cour des comptes.

Pour l’histoire, TPR est né le 31 décembre 1953 à Dangouara, un patelin de la commune rurale de Tiankoura, dans le Sud-Ouest du Burkina Faso

Après son école primaire à Tiankoura, il ira au CEG Pierre Kular de Diébougou puis au Lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso.

Son Bac A4 en poche 1974, il s’envole pour Dijon en France (là où était fabriquée la fameuse moutarde jusqu’au 15 juillet 2009) où il obtint sa licence en droit puis ensuite à Paris I-La Sorbonne pour la maîtrise en droit public. Il terminera ses études dans l’Hexagone par une formation professionnelle à l’Ecole nationale de la Magistrature de Paris. Il rejoindra la Haute-Volta d’alors au mois d’octobre 1982, juste avant le coup d’Etat du Conseil de salut du peuple (CSP) du médecin-commandant Jean-Baptiste Ouédraogo qui a renversé le régime des colonels du Conseil militaire de redressement pour le progrès national (CMRPN) du colonel Saye Zerbo le 25 novembre 1982.

Nommé juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Ouagadougou de novembre 1982 à août 1983, il entre dans le gouvernement du CNR comme ministre de la Justice puis de l’Environnement d’août 1983 à août 1985. Soit dit en passant, le gouvernement était remercié chaque mois d’août et laissait la place aux coordonnateurs du Faso qu’étaient Sankara, Blaise, Lingani et Zongo. Ce sont eux qui prenaient les grandes décisions et nommaient un nouveau gouvernement.

Il quittera le gouvernement en août 1985 pour reprendre sa robe de magistrat et sera nommé (décembre 1985) commissaire du Gouvernement près la Haute Cour d’Etat.

Après le coup d’Etat du 15 octobre 1987, il sera affecté au Tribunal de grande d’instance de Kaya; de là, il sera nuitamment ramené à Ouagadougou pour un long séjour au Conseil de l’Entente du 25 décembre 1989 au 09 avril 1991. Il était accusé, avec d’autres civils et militaires, d’une tentative de coup d’Etat contre le régime du Front populaire.

Le président par intérrim de la Cour des comptes, TPR
Le président par intérrim de la Cour des comptes, TPR

Sorti du «Conseil», il enfilera de nouveau sa robe et sera nommé (juin 1991) conseiller à la Cour d’appel de Ouagadougou puis quelque temps après (septembre 1991) conseiller à la Cour suprême du Burkina Faso aux côtés d’un juge TPR, Antoine Sambo Komi.

En juillet 2002, TPR est nommé président de la Chambre sociale de la Cour de cassation (ancienne Cour suprême).

Membre fondateur du SAMAB (Syndicat des magistrats burkinabè) créé en 1982. Membre fondateur de l’ULC (Union de lutte communiste – 1978) puis de l’ULC-R (ULC Reconstruite – 1983). Secrétaire Général du PDS (parti de la démocratie sociale de 1991 à 1993), il quittera ce poste politique pour incompatibilité avec son statut de magistrat en activité.

Depuis le 26 avril 2016, TPR est président de Chambre à la Cour des comptes et aujourd’hui il est le président par intérim de l’institution.

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *