Accueil » Gouvernance - Développement » 1ère édition du Salon de l’élevage du Burkina (SABEL): le CNO rassure et travaille à un succès éclatant de l’événement

1ère édition du Salon de l’élevage du Burkina (SABEL): le CNO rassure et travaille à un succès éclatant de l’événement

Ce mardi 20 novembre 2018, le Comité national d’organisation du Salon de l’élevage du Burkina (SABEL), présidé par le ministre des Ressources animales et Halieutiques, Sommananogo Koutou, a tenu une conférence de presse pour informer l’opinion publique de l’évolution de l’organisation de cet important événement. Premier du genre au Faso, la rencontre avec les hommes des médias a permis de donner plus de précisions sur le programme du SABEL.

Présidium lors de la conférence de presse

Pour sa première édition, le Comité national d’organisation du SABEL composé de 10 membres «travaille d’arrache-pied pour le succès du tout premier salon entièrement consacré à l’élevage, c’est-à-dire les ressources animales et halieutiques au Burkina», a assuré le ministre Sommannanogo Koutou responsable dudit département. Pour ce faire, le comité par la voix du ministre a estimé utile de décliner les grandes articulations de cette plateforme des acteurs du secteur de l’élevage.

En effet, le SABEL est prévu pour se tenir du 27 novembre au 1er décembre 2018. Aussi, la cérémonie d’ouverture sera placée sous le très haut patronage du chef de l’Etat, M. Roch Marc Christian Kaboré et le parrainage du ministre ivoirien des Ressources animales et Halieutiques, M. Kobenan. La cérémonie de clôture, elle, sera présidée par M. Paul Kaba Thieba, Premier ministre du Burkina.

Durant les cinq jours du SABEL, il est prévu des expositions qui constituent le cœur du déroulement de ce salon. A ce sujet, le Comité d’organisation a confié qu’il y aura: «Deux types d’exposants, à savoir les présélectionnés de la commission compétition qui viennent des 13 régions du pays et les exposants libres qui viennent pour faire découvrir leurs spécificités en lien avec le secteur de l’élevage». Le ministre a précisé qu’à ce stade, 182 exposants ont été retenus, soient 126 pour les animaux et 56 pour les transformateurs et innovateurs.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Mais au-delà des expositions, il y aura des communications animées par diverses personnalités sur des thématiques liées au secteur de l’élevage, a-t-il ajouté. En outre, un colloque d’ouverture sur le thème «Place des productions animales et halieutiques dans le développement des bases productives et de compétitivité de l’économie nationale», sera conjointement animé par le gouvernement (le ministre chargé de l’Economie et des Finances et le ministre des Ressources animales et Halieutiques). L’Alliance pour la majorité présidentielle, le Chef de file de l’opposition politique, la société civile et les institutions financières seront aussi représentés à ce colloque.

Le Comité d’organisation a précisé que les acteurs politiques y ont été associés car ce salon se veut aussi politique. Pour le ministre Koutou, dans un contexte national où la part du budget alloué au secteur de l’élevage n’est que de 1%, il convient de discuter avec les acteurs politiques afin que ce secteur qui occupe 83% de la population burkinabè soit mieux pris en compte. Cependant, pour joindre l’utile à l’agréable, à ce salon il n’est pas prévu que des expositions et colloques. Il est aussi prévu des dégustations. En effet, à en croire les organisateurs, un espace sera dédié aux produits alimentaires d’origine animale pour permettre au public de déguster les mets exposés «toute chose qui contribuera à la découverte de notre potentiel en la matière», espère le ministre Koutou.

En rappel, pour un budget prévisionnel d’un milliard de F CFA pour l’organisation de ce salon, il a été revu à la baisse, soit 510 millions de F CFA avant que la somme de 472 millions e F CFA ne soit finalement adoptée. Le ministre évoque des problèmes de contraintes budgétaires à la fois de l’Etat et des partenaires qui ont occasionné ces ajustements.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *