Accueil » Mounafica » La nouvelle destination des tablettes Huawei

La nouvelle destination des tablettes Huawei

La raison a finalement triomphé, les députés ont compris que les tablettes Huawei ne sont pas aussi neutres qu’ils le pensaient; alors, retour à l’envoyeur. La leçon est retenue pour de bon, on l’espère, malgré le dérapage langagier du président de l’Assemblée nationale. Sans le savoir, il vient de créer un nouveau vocable et c’est avec une pointe de joie et d’optimisme que moi Mounafica j’ai constaté que les Burkinabè sont des “baudelairiens”; ils ont trouvé des fleurs dans cette « malcause ».

Après leur restitution au gouvernement, les tablettes pourraient être remises aux étudiants
Après leur restitution au gouvernement, les tablettes pourraient être remises aux secteurs de l’enseignement pour récompenser les meilleurs

La toile est innondée d’idées rigolottes, osées et des fois farfelues. Le point culminant étant de décrisper la situation sous la banière “castigat mores ridendo”. Autant le président de la Transition, Der Alte   Michel Kafando, a créé “plus rien ne sera comme avant”, autant Salif Diallo est l’auteur de “on s’en fout, point barre…” Pourvu que le Laabli national ne réclame pas des droits d’auteur sur son “je m’en fous”…

Il n’est pas à exclure que pour les fêtes de fin d’année, certains jeunes se cachent derrière ce “on s’en fout, point barre” pour se soustraire aux dépenses de leur petite amie. Le genre “chéri, et ma robe du 31… et mes chaussures… la coiffure…” Et l’autre va répondre: “On s’en fout, point barre…”

Cela écrit, il faut maintenant penser à la nouvelle destination des tablettes. Avec Nè Wendé, nous avons fait un conseil de cabinet pour trouver à qui donner ces tablettes sans gros risque. Notre choix est allé à l’université. On peut recompenser les meilleurs des differentes fiiières. Puis on peut descendre vers les lycées pour donner aux premiers des classes de terminale. Huawei pourrait ajouter d’autres lots pour satisfaire les besoins, si tant est que son cadeau n’était pas interressé.

De la sorte, le danger corruptif est minimisé. Autrement dit, il n’est pas à occulter que de petits malins au ministère de l’Economie numerique fassent main basse sur les tablettes pour les mettre sur le marché, ou bien en soustraire 3 ou 5 pour se faire mousser chez leurs amies en cadeau de Saint-Sylvestre.

Mounafica, tout oeil tout ouïe!

Un commentaire

  1. si j’étais communicant de huawei,j’allais donner des tablettes aux laureats des galian,et dans les redactions,on ne sait jamais celà peut créer des amitiés,mais chuuuuut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *