Accueil » Tribunal militaire: «Malgré les multiples incidents, les dossiers avancent de façon satisfaisante», dixit Alioune Zanré, commissaire du gouvernement

Tribunal militaire: «Malgré les multiples incidents, les dossiers avancent de façon satisfaisante», dixit Alioune Zanré, commissaire du gouvernement

La Justice militaire a fait le point à la presse des dossiers judiciaires en traitement le jeudi 08 décembre 2016. La conférence a été animée par Alioune Zanré, le commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire, dans la salle de conférences du ministère de la Défense à Ouaga 2000. Remerciant l’opinion nationale et internationale pour sa patience et sa volonté de l’accompagner dans la conduite des dossiers pendants, le commissaire du gouvernement a avoué que des dossiers ont été ralentis par beaucoup d’incidents. Par contre, certains dossiers avancent très bien comme celui de Madi Ouédraogo et autres qui seront jugés à partir du 20 décembre 2016.

Le présidium de la conférence de presse
Le présidium de la conférence de presse

Au nom du parquet du Tribunal militaire, les conférenciers du jour ont commencé par souhaiter un prompt rétablissement aux victimes des différentes situations et remercié l’opinion nationale et internationale pour sa patience. Ensuite, ils ont fait le point de quatre (4) dossiers en traitement dans leur juridiction.

Le premier grand dossier est celui du ministère public contre Ouédraogo Madi et autres, inculpés pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et munitions de guerre, et le dossier Sergent Sanou Ali et 22 autres, inculpés de désertion à l’étranger en temps de paix, association de malfaiteurs, vol à main armée, recel d’armes et de munition de guerre, coups et blessures volontaires, atteinte à la sûreté de l’Etat.

En rappel, le 13 octobre 2016, le juge d’instruction a transmis ses ordonnances de clôtures dans ces deux dossiers à la Chambre de contrôle de l’instruction via le Parquet.

Dans le dossier caporal Ouédraogo Madi, 42 personnes ont été mises en accusation contre 23 dans le dossier Sergent Sanou Ali.

Les hommes des médias présents à la conférence
Les hommes des médias présents à la conférence

Au regard des avancées des dossiers, le 25 novembre 2016, le parquet a signifié les citations aux intéressés, pour leur mise en accusation pour le jeudi 1er et vendredi 02 décembre 2016. Mais à l’audience du 1er décembre le parquet ayant constaté que deux (02) des trois (03) militaires extradés par la Côte d’Ivoire «étaient fortement impliqués dans l’attaque de la poudrière de Yimdi (Dossier Sanou Ali)», fait remarquer Alioune Zanré, il a requis et obtenu de la Chambre de contrôle le renvoi du dossier pour prendre en compte ces personnes. Ce sont ces incidents qui n’ont pas permis d’avancer convenablement dans ce dossier.

Pour le second grand dossier, celui ministère public contre le Général Diendéré Gilbert et 90 autres, «inculpés d’attentats, meurtres, association de malfaiteurs, trahison, révolte, enlèvement et séquestration…» dans le cadre du putsch de septembre 2015, Alioune Zanré a signifié également que «le dossier a connu beaucoup d’incidents», 5 au total.

Le premier incident est la «déclaration d’incompétence du Tribunal de grande instance de Ouagadougou à l’égard de 5 personnes et jonction à cette procédure», en fin août 2016.

Le second incident est la demande de levée de l’immunité du parlementaire Salifou Sawadogo pour une bonne administration de la justice le 13 septembre 2016.

Alioune Zanré, commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire
Alioune Zanré, commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire

Le troisième incident  est relatif aux écoutes téléphoniques. L’expert commis à l’authentification de ces écoutes a déposé son rapport «le 5 décembre 2016 à 16h aux mains du juge d’instruction».

Les deux autres faits qui ont ralenti l’avancée du dossier «Coup d’Etat» ont trait à l’affaire du Pont Nazinon (08 octobre 2016) et l’extradition de «trois militaires cerveaux du putsch» (26 novembre 2016).

Dans le troisième grand dossier ministère public et les héritiers de feu Thomas Sankara contre X devenu après Kafando Tousma dit Hyacinthe et 13 autres inculpés «d’attentat, assassinat, recel de cadavre, de faux en écriture publique ou authentique», l’expert espagnol «a demandé et obtenu du juge d’instruction, une prorogation de délai pour conclure ses travaux et produire son rapport».

Pour le quatrième grand dossier (Dossier Nazinon), celui ministère public contre l’Adjudant-chef Coulibaly Gaston et plusieurs autres, le commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire, informe que le juge d’instruction vient d’inculper 30 personnes dont 24 sont en détention préventive «pour attentat, association de malfaiteurs», entre autres.

«Malgré les incidents les dossiers avancent de façon très satisfaisante»

«Mais les dossiers avancent de façon très satisfaisante», a  rassuré le commissaire du gouvernement. Alioune Zanré qui a d’ailleurs annoncé que «les premières audiences commencent le 20 décembre 2016». Elles débuteront avec le dossier Ouédraogo Madi, puis viendra le dossier Sanou Ali et Général Diendéré Gilbert les semaines et mois suivants. «Dans l’espoir que d’autres imprévus ou incidents ne viennent perturber les échéances», a souhaité le commissaire du gouvernement.

Théophile MONE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *