Accueil » Lu, vu, entendu » «Les bouts de bois de Dieu» de Sembene Ousmane ou l’annonce de l’avènement d’une nouvelle Afrique

«Les bouts de bois de Dieu» de Sembene Ousmane ou l’annonce de l’avènement d’une nouvelle Afrique

L’Afrique a connu une longue période de colonisation. C’est dans ce contexte que se situe ce roman, «Les bouts de bois de Dieu» de Sembene Ousmane. Il met en scène un groupe de syndicalistes aux prises avec l’administration coloniale. L’auteur s’inspire d’un fait réel, la grève des cheminots de Dakar- Niger du 10 octobre 1947 au 19 mars 1948. Il dénonce à travers ce roman, les multiples formes de violences faites aux ouvriers. A l’opposé Sembene Ousmane apprécie le courage et l’abnégation des militants. Ces militants n’hésiteront pas à affronter les forces de répression pour l’aboutissement de leurs légitimes revendications. Malgré les multiples interventions de l’administration et les différents obstacles: mort, famine, violence, et après plusieurs négociations, ils obtinrent satisfaction, c’est-à-dire l’amélioration de leur conditions de vie.

Sembene Ousmane
Sembene Ousmane, l’auteur du roman

Les principaux personnages du roman
Le personnage central Bakayoko s’affirme comme une sorte de héros épique et mythique. Il porte une balafre qui descend sur sa mâchoire inférieure. C’est lui qui donne la nouvelle morale et le sens de la révolution à tous les jeunes grévistes (p. 270-271). C’est un militant syndicaliste, délégué des roulants. Il est la terreur du patronat (p. 275).

Fa Keita est le doyen des poseurs de rails. Il a soutenu les grévistes dès les premiers jours de grève. Il fut emprisonné pour ce soutien (p. 354).

Tiemoko fait partie des délégués de Bamako. Pendant la grève il a formé un groupe de commandos pour rehausser les déserteurs.
Doudou est ajusteur et secrétaire de la fédération des cheminots. Il a été honnête et loyal aux grévistes (p.236).
Penda est une fille de joie responsable du mouvement des femmes. Elle eut l’idée de la marche pour Dakar et fut tuée à l’entrée de la ville (P. 288-313).
Ramatoulaye est la tante de N’daye touti. C’est une brave femme qui eut allé jusqu’à tuer un vendredi le bélier de son frère El Hadji Mabigué pour nourrir sa famille.

L’œuvre en question
L’œuvre en question

Les thèmes principaux du roman
La révolte: Si le sujet du roman porte généralement sur la grève des cheminots, le moteur qui anime les actions des grévistes et de leurs familles est certainement la révolte. En effet «Les Bouts de bois de Dieu» retrace la révolte des cheminots qui utilisent comme moyen la grève. (p.25).
La violence: La grève a eu des conséquences pénibles dans toutes les trois villes (Dakar, Bamako, Thiès). Mais elle fut plus cruelle à Bamako. La vieille Niakoro meurt des services des forces de l’ordre, et la petite Adjibidji a été gravement blessée. Fa Keita et Konaté sont arrêtés. Ils subissent au camp de Bernandini des tortures atroces (p. 164 et p.300).
La famine: La famine s’est installée à Thiès et à Dakar. Mais c’est surtout à Thiès qu’elle fut plus sévère. Alors on a recours à divers moyens pour survivre. (P.214).
La solidarité: au sein de la société il y a un renforcement de la solidarité entre grévistes et entre hommes et femmes. (P. 288).
La trahison: Diarra, homme aimé et respecté, a trahi les grévistes en reprenant le travail. Dénoncé par Hadidia, il est jugé par un tribunal de travailleurs en présence de son fils Sodio, gréviste lui-même. (P. 149).
Discrimination raciale: les noirs travaillaient dans des conditions pénibles et étaient moins payés que les ouvriers blancs. (P. 359-360).
L’injustice: Elle était présente un peu partout. Sa présence se matérialise par le meurtre de trois apprentis à Thiès par Isnard qui fut sans suite (P. 250).
Style de l’auteur
« Les bouts de bois de Dieu » est sans doute le meilleur roman de Sembene Ousmane, remarquable conteur avec un humour rarement égalé. L’auteur utilise deux niveaux de langues. Le registre familier dans lequel le vocabulaire est argotique et le niveau courant dans lequel le vocabulaire est usuel. Dans le niveau courant la syntaxe est grammaticalement correcte. L’auteur utilise aussi des mots Bambara et Wolof dont la tonalité est faite de gravité.
Les enseignements du roman
La victoire des grévistes dans «Les Bouts de bois de Dieu» montre un changement au niveau de la condition du nègre et de son état d’homme colonisé. En effet le roman appartient incontestablement au courant général du réveil des africains au lendemain de la 2ème guerre mondiale. Il présente surtout un véritable mouvement nationaliste panafricain s’entendant surtout, sur plusieurs fronts dont les groupes moteurs sont les partis politiques, les formations des jeunes et de femmes. «Les bouts de bois de Dieu» développe donc le thème de la révolte et de la société. A travers la victoire des cheminots sur l’administration coloniale, Sembene Ousmane annonce l’avènement d’une nouvelle Afrique.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *