Accueil » Société » Le nouveau désordre amoureux

Le nouveau désordre amoureux

L’amour était autrefois en guerre contre l’ordre établi. Aujourd’hui, l’amour est un droit de l’homme. Non seulement nous prétendons aimer comme nous voulons, quand nous voulons et qui nous voulons, mais l’amour est, peut-être plus encore que l’argent, le critère d’une vie réussie. On le cachait, on l’exhibe; on le combattait souvent, on l’encourage toujours; on condamnait les folies auxquelles il pouvait conduire, on les excuse- quand on ne les approuve pas.

Quand l'amour n'est que sentiment, les disputes et bagarres dans le couples sont programmées.
Quand l’amour n’est que sentiment, les disputes et bagarres dans le couples sont programmées.

Que devient ce sentiment, ou ce lien dans un monde où le tout, tout de suite est la loi et où l’engagement dure ce que dure l’envie. Que reste-t-il de l’amour quand plus rien- ni la famille, ni les religions, ni les convenances- ne s’oppose à lui, quand le principe de plaisir est la maxime de notre action? Sommes-nous encore capables, «nous autres modernes», d’aimer contre le temps, contre la mort et parfois contre le plaisir?

De nos jours, non seulement l’amour et la liberté peuvent cohabiter, mais l’amour a gagné avec la liberté des femmes. Reste qu’on se demande si, à force d’être partout, l’amour ne finira pas par être nulle part.

De nos jours, l’amour est complexe, incompréhensible et surtout éphémère. Et pour preuve, le serment d’amour est une promesse toujours trahie par au moins l’un des deux amants.  Nous sommes à l’ère du provisoire. Être aujourd’hui, c’est être remplaçable.

Aujourd'hui dans les couples, Il n'y a plus de rapports amoureux mais de rapports sexuels!
Aujourd’hui dans les couples, Il n’y a plus de rapports amoureux mais de rapports sexuels!

Pourtant l’amour en principe est le fait d’éprouver un autre être comme irremplaçable et de le lui déclarer. Alors pourquoi de nos jours on peut aimer et cesser d’aimer? Sans doute parce qu’au 21ème siècle, l’amour n’est vu qu’un sentiment; alors il ne se mesure qu’à son intensité et il n’y a plus rien à dire.  Aujourd’hui, malheureusement, les jeunes en particuliers ne sont plus des êtres résolus, mais des êtres discontinus. Sans l’avouer, la majorité d’entre eux pense que l’amour relève tout entier du principe de plaisir. Il ne peut donc être l’objet d’une résolution.  En ces temps qui sont les nôtres, au nom de l’intensité ou de la liberté, l’amour renonce à la durée et proclame sa propre obsolescence. Ce qui veut dire que l’amour n’est plus amour, mais avatar sentimental de la consommation. Il n’y a plus de rapport amoureux mais de rapport sexuel!

Aujourd’hui, l’amour a tous les droits. La société ne lui met plus de bâtons dans les roues alors que pendant des années, il a fallu arracher l’amour à l’autorité, aux convenances, au devoir. Peut-il survivre à son triomphe? Difficile de donner une réponse définitive à cette question. Par contre on peut affirmer sans risque de se tromper que l’amour n’est plus le dernier mot de toute chose.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *