Accueil » L’impertinent » S’ils le disent, c’est qu’il y a racket!

S’ils le disent, c’est qu’il y a racket!

La semaine dernière, les transporteurs ont crié leur colère contre les rackets dont ils seraient victimes sur les corridors routiers de la part des agents de sécurité chargés du contrôle d’identité des passagers dans la cadre de la lutte contre le terrorisme. Ce mouvement a eu l’effet de semer la panique au sein des populations qui se sont précipitées dans les stations-services pour faire des provisions en carburants.

Un poste de contrôle (ph d'illustration)
Un poste de contrôle (ph d’illustration)

Nous avons déjà remis en cause dans ces mêmes colonnes les procédés de vérification d’identités des voyageurs. Aucun sérieux, aucune preuve de leur efficacité! D’ailleurs, depuis que ces contrôles ont été institués, les forces de sécurité n’ont jamais exhibé un présumé djihadiste qu’elles auraient appréhendé. Au contraire, ce sont des désagréments qu’elles font vivre aux usagers.

Comme témoignage d’un possible racket des transporteurs, voici une anecdote. De retour de Bobo un jour et après avoir procédé à la vérification de nos identités, l’élément de la marée chaussée nous a tenu ce propos: «Sinon, nous aussi on est là hein!» Sous-entendu: «Donnez-nous de quoi boire de l’eau.»

L’un des passagers lui a remis un bifton. Et lorsque nous avons rattrapé l’autre véhicule de la mission (il y avait deux véhicules) qui s’est immobilisé juste quelques mètres après le poste de contrôle pour nous attendre, nous avons appris que le chef de mission avait dû aussi se soulager d’un gros billet.

En toute connaissance de l’identité des passagers, si l’agent a eu l’outrecuidance de demander quelque chose, que ne ferait-il pas avec des transporteurs ou des passagers?! S’ils disent qu’il y a racket, ils savent donc de quoi ils parlent.

Ces contrôles sont des postes de racket à ciel ouvert. D’ailleurs, l’un des missionnaires a expliqué que c’est une nouvelle caverne d’Ali Baba pour ce genre d’agents qui ne menaient pas de contrôles sur le terrain. C’est une aubaine qui leur permet de se remplir les poches et ils ne s’en priveraient pas.

L’Impertinent

Un commentaire

  1. Moi j’ai été à bobo par tcv le 29 septembre 2016 sans ma cnib (oubliée à ouaga). Je suis passé à leur prétendue barrière en déjouant leur soit disant contrôle.

    Et puis il n’est mentionné nulle part sur quelque pièce d’identité que l’on est terroriste.

    Ôter ns ces planches à mendicité de nos voies,..Simon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *