Accueil » Politique » Burkina: l’indispensable remaniement ministériel

Burkina: l’indispensable remaniement ministériel

A l’occasion du premier anniversaire de son investiture, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a échangé 90 min durant, le 28 décembre 2016, via twitter avec les internautes sur plusieurs questions, en l’occurrence la Sécurité, la Santé, l’Education et l’Economie.

A cette occasion, il avait annoncé qu’ »Il y aura un remaniement gouvernemental », sans autres précisions. Et de poursuivre: «La question du ministère plein de la Sécurité sera prise en compte dans la réorganisation gouvernementale».

De l’avis de nombreux burkinabè, le gouvernement annoncé tarde à voir le jour et ils se demandent pourquoi le président l’a prédit si tant est que la mise en place du nouveau gouvernement devrait prendre autant de temps.

Visiblement, Roch Marc Christian Kaboré se hâte, lentement. Car, il n’entend pas le faire sous la pression des médias. Ou, à tout le moins, de l’opinion publique. C’est la marque des chefs. Mais il se trouve que l’action gouvernementale semble être suspendue à ce remaniement ministériel. Puisque la majorité de nos ministres peuvent être humainement tentés de baisser les bras. Convaincus qu’ils vont devoir céder leur fauteuil à leur éventuel successeur.

Le président du Faso et son gouvernement ont la solution: Qu’ils acceptent le vrai changement. Que la justice  et équité soient au rendez-vous.
Le président du Faso et son premier gouvernement

Une certitude, cependant: le remodelage de l’attelage gouvernemental s’avère nécessaire. Il pourrait permettre au chef de l’Etat de réduire la taille du gouvernement. Et, du coup, permettre à l’Etat de faire des économies.

Ce remaniement ministériel est nécessaire. Car il permettra au président de la République de remplacer les «maillons faibles» de l’actuel gouvernement et d’insuffler une nouvelle dynamique à l’action gouvernementale. Mais aussi, plus de visibilité à son programme de société sur la base duquel il a été élu.

Pour plusieurs raisons dont celles liées aux grèves tous azimut, à la justice et à la réconciliation nationale, à l’emploi des jeunes, à la sécurité du territoire national et à la défense, le remaniement ministériel est actuellement indispensable, voire urgent. Avec sans doute encore Paul Kaba Thiéba à la tête du nouveau gouvernement. La relance économique avec le PNDES dont il a été l’un des artisans pourrait en effet jouer en sa faveur; même si dans le jeu politique, il est difficile de prédire quoi que ce soit.

A défaut de procéder à un remaniement en profondeur, Roch Kaboré pourrait opérer un réaménagement technique au sein du gouvernement. Afin de booster, d’une part, l’action gouvernementale. Et, d’autre part, mettre en musique son programme de société.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *