Accueil » Société » Lutte contre le tabac: une caravane de sensibilisation pour recueillir les signatures des Ouagalais

Lutte contre le tabac: une caravane de sensibilisation pour recueillir les signatures des Ouagalais

A la veille de la célébration de la Journée mondiale sans tabac, l’ONG Afrique contre le tabac (AConta) et l’Association des journalistes anti-tabac du Burkina Faso (REJAT) ont procédé mardi au cours d’une conférence de presse, au lancement d’une vaste caravane de sensibilisation des populations. Objectif, leurs faire prendre conscience des effets néfastes du tabac sur la santé.

Le coordonnateur de l’ONG Aconta, Salif Nikièma
Le coordonnateur de l’ONG Aconta, Salif Nikièma

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 4400 burkinabè meurent par an à cause de la consommation du tabac. 10 000 burkinabè ont déjà péri à cause de la non application de la mesure portant conditionnement et étiquetage des produits du tabac au Burkina et 22 000 à 30 000 burkinabè vont mourir facilement dans cinq ans si rien n’est fait.

Cette caravane de sensibilisation vise à montrer aux populations les effets néfastes du tabac et à recueillir leurs signatures
La caravane de sensibilisation vise à montrer aux populations les effets néfastes du tabac et à recueillir leurs signatures

Face à ces chiffres alarmants, l’ONG Aconta et le REJAT-BF ont décidé de quitter les salles de conférence pour rejoindre la population à travers une caravane de sensibilisation constituée d’un dispositif ambulant d’animation dans la ville de Ouagadougou pendant deux jours. Cette caravane sera de l’avis du coordonnateur de Aconta, Salif Nikièma, l’occasion pour les acteurs de la lutte contre le tabac, de sensibiliser et de demander le soutien des populations. «Au cours de nos arrêts, nous allons recueillir le soutien des populations ouagalaises et leurs signatures pour montrer à l’autorité qu’elle doit agir parce que les Burkinabè ont pris à bras-le-corps cette lutte à visage découvert», a insisté Salif Nikièma.

Cette caravane sera aussi l’occasion pour AConta et le REJAT, d’informer la population ouagalaise sur tout le dilatoire que la Mabucig fait autour de son procès. En effet, cela fait plus d’une année que le ministère de la Santé a intenté un procès contre l’entreprise du tabac pour la contraindre à apposer les images sur les paquets de cigarettes. Une année après, le dossier selon les conférenciers n’a pas bougé du Tribunal de grande instance de Bobo et le Conseil constitutionnel non plus n’a pas été saisi. «Après le démarrage du procès, la défense a dit que la loi anti-tabac est anticonstitutionnelle», a regretté le coordonnateur de Aconta qui a noté que de tels arguments ne sont que des manigances de la Mabucig pour ne pas appliquer la loi.

C’est pour cette raison que les acteurs de la lutte contre le tabac ont saisi l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui est placée sous le thème «Le tabac, une menace pour le développement», pour appeler de nouveau le gouvernement à accompagner le ministère de la Santé dans cette lutte. «C’est dommage que 4400 burkinabè meurent chaque année à cause du tabac et que malgré tout, on nous parle des droits de la défense», a fustigé Salif Nikièma. Pour lui, le Burkina ne peut pas se développer dans un contexte de «morts programmés par l’industrie du tabac». D’où l’urgence pour les autorités de réagir et vite afin de contraindre cette industrie à respecter la loi.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *