Accueil » Politique » 3ème Forum de l’entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu: adresse du vice-président de la République fédérale du Nigeria, Professeur Yemi Osinbajo

3ème Forum de l’entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu: adresse du vice-président de la République fédérale du Nigeria, Professeur Yemi Osinbajo

Nous avons jugé utile de proposer ce discours, à la jeunesse burkinabè surtout, car il contient des messages intéressants qui servent de conseils et de recommandations. De nos jours, nos futurs leaders manquent de repères et de vision. Ils ne lisent plus, ils ne s’informent plus sur ce qui peut provoquer le déclic vers la réalisation de leur avenir. Le discours est en anglais et nous ne garantissons pas à 100% la fidélité au propos car traduire c’est trahir. Nos excuses par avance à l’auteur et aux lecteurs.

Le vice-président lors de son speech

«Notre avenir n’est pas déterminé par l’histoire ou le passé, à moins que nous ne le permettions.» Pr Yemi Osinbajo

D’abord, permettez-moi de dire à la cohorte 2017 du programme Tony Elumelu Entrepreneurship que c’est un plaisir très spécial de les rencontrer. Selon toutes les prévisions, vous serez les personnes les plus riches et les plus prospères dans quelques années. Je voudrais demander que vous ne m’oubliiez pas quand le bon moment sera arrivé!

Mais sérieusement, j’ai toujours su que ce groupe, cette génération de jeunes, sera exceptionnel.

Plus tôt cette semaine, j’ai pris la parole au Financial Times Africa Summit, sur le thème «Ce qui fait fonctionner l’Afrique». Ici, dans cette salle, sont assises les réponses à cette question.

En effet, vous êtes ici les mille raisons pour lesquelles l’Afrique va avancer. Dans les domaines de l’agriculture, des TIC, de l’hôtellerie, de la mode, de l’énergie, de la fabrication, du divertissement et de nombreux autres domaines, l’ampleur et la profondeur du talent et de l’innovation ont montré qu’il y a de l’espoir.

Dans la cuvée de 2016, nous avons Osakwe Chukwunonso qui construit des véhicules qui fonctionneront avec de l’énergie propre; Soji Megbowon crée des outils éducatifs qui simplifieront ‘’les sujets STEM’’; Edmond Nonie, un des bénéficiaires de 2015, a construit un outil de suivi qui s’est avéré utile après l’inondation dévastatrice qui a frappé son pays, la Sierra Leone; Frank Mugarura du Rwanda est le propriétaire d’une agence de marketing et de marque qui est sur le point de conquérir le continent.

Ce ne sont là que quelques-unes des belles histoires qui vous ont précédés et qui vont vous inspirer; et nous savons maintenant que l’Afrique se prépare pour des progrès incroyables dans les prochaines années.

Quand je voulais préparer mon message, je me suis dit que vous devriez pratiquement avoir appris ce que vous devriez savoir à ce stade sur l’entrepreneuriat. Mais j’ai pensé que je devrais partager avec vous certaines de mes pensées sur un sujet qui m’a toujours fasciné: l’histoire; en particulier, la tyrannie de l’histoire. Et donc j’ai choisi le thème «la tyrannie de l’histoire» ou la «tyrannie du passé».

L’histoire est définie simplement comme le passé, le passé des individus comme vous et moi et le passé des nations et des peuples. Le pouvoir de l’histoire est de présenter le passé, parfois de manière si convaincante, dans le présent. L’histoire, dans sa meilleure forme, est connue surtout comme le temps, le temps qui finit par guérir. Mais peut-être que la tyrannie de l’histoire, la façon dont l’histoire semble vouloir nous contrôler et contrôler le présent, semble le plus intéressant et le plus difficile.

Notre histoire peut nous attacher, nous obligeant à regarder en arrière jusqu’à trébucher parfois. Cela nous oblige à regarder le présent avec crainte et appréhension. Notre histoire, notre passé, en particulier les échecs passés, individuellement ou collectivement, peuvent devenir un obstacle pour les réalisations ou la liberté.

Notre histoire politique en Afrique apparaît dominée par les guerres, la famine, les coups d’État, les gouvernements corrompus, les dictateurs et les États défaillants ou en faillite. Notre histoire économique serait également en grande partie de la pauvreté à grande échelle, la mortalité infantile, la mortalité maternelle, l’alphabétisme, la maladie et la misère.

Notre histoire peut donc chercher à définir notre avenir en Afrique, en particulier nos attentes pour les années à venir. Ce genre d’histoire sombre peut influencer notre foi et l’exhortation de notre vision pour notre nation et notre société et en fait pour nous-mêmes.

De la même façon, une histoire d’échec personnel peut paralyser notre espoir et limiter notre vision. Cela peut nous effrayer et limiter nos perspectives. L’histoire de notre famille, la misère et les humiliations de nos débuts, la honte parfois et la disgrâce du passé, les échecs spectaculaires du passé sont les armes tyranniques de l’histoire. Elles peuvent nous amener à l’échec si nous regardons le passé.

Ces armes nous fouettent dans le visage lorsque nous pensons grand, nous réduisant au fur et à mesure que notre estime de soi augmente. Notre passé nous crie parfois: «indigne, indigne, indigne» alors que nous nous battons pour bien faire, bien vivre et vivre dans la dignité.

Le vice-président du Nigeria (ph: TEF)

Mais l’histoire, nous devons le rappeler, n’est pas simplement un enregistrement du passé, mais c’est le passé. C’est parti! Notre avenir n’est pas déterminé par l’histoire ou le passé, à moins que nous ne le permettions. L’histoire de l’Afrique ne détermine pas son avenir. Les jours que vous vivez en ce moment sont beaucoup plus importants et meilleurs que le passé.

Il y a trente ans, les téléphones portables n’existaient pas. Pour parler à un interlocuteur dans un autre pays, vous deviez faire la queue pendant des heures devant une cabine téléphonique publique, quand il y en avait. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas imaginer la vie sans nos smartphones, ni avec Facetime et Skype. Aujourd’hui, nous pouvons établir une communication vers tous les continents du monde, d’où nous sommes, en quelques secondes.

Les recherches qui nous ont pris des mois (et je peux vous le dire parce que je suis professeur – j’ai passé de nombreuses années à faire des recherches) sont obtenues en quelques secondes à travers une recherche sur Google. L’éducation qui nous a obligé à quitter les villes et les villages pour aller dans des écoles éloignées et à l’étranger est maintenant disponible en ligne. Donc, quand vous partirez d’ici, vous pourrez poursuivre n’importe quelle conversation que vous aviez sur WhatsApp, Instagram ou iMessage sans interruption.

Nous sommes aujourd’hui plus près de la faim et de la famine que jamais dans l’histoire humaine. Nous améliorerons les semences et les intrants, ainsi que les nouvelles pratiques agricoles. Les agriculteurs peuvent multiplier leurs productions d’il y a des années.

Nous sommes plus proches que jamais de découvrir des remèdes à pratiquement n’importe quelle maladie. Nous pouvons être plus réactifs en Afrique, réactifs dans la vaccination, éradiquer la plupart des problèmes de mortalité infantile.

Déjà, nous vivons plus longtemps et plus sainement que jamais dans l’histoire humaine. Tous les tests de QI montrent que la génération actuelle est plus intelligente que celles du passé. Donc, vous êtes plus intelligents que nous!

Comme l’a dit le président Obama, «nous devons nous méfier de ceux qui parlent toujours du bon vieux temps». Aujourd’hui, le grand jour est arrivé.

En ce qui concerne nos échecs personnels et les lacunes du passé, vous êtes bien servis car tous ceux qui ont réussi doivent avoir leurs propres histoires d’échec. Leurs défauts personnels et leurs lacunes.

En effet, le succès est un succès, parce qu’on peut le comparer à l’échec. Avant de terminer, permettez-moi de vous soumettre ces quelques opinions.

J’aimerais que vous vous souveniez de ceci, même si vous trouvez dans quelques années que ce n’est peut-être pas vrai:

La première est que les rêves poursuivis dans un même esprit sont plus puissants que les actes.

Le courage et la persévérance peuvent triompher même sur l’expérience, quelle qu’elle soit.

La troisième est que l’espoir et l’imagination sont plus puissants que l’histoire. Parce que ton histoire n’est pas nécessairement ton destin.

Alors, permettez-moi de souhaiter que, dans les années à venir, votre vision puisse vous apporter, à vos nations et à notre continent, la prospérité.

Merci beaucoup.

Traduction  par Hidogo et Google Traduction

Prochainement, nous vous proposerons des entretiens avec des Burkinabè lauréats de la Tony Elumelu Foundation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *