Accueil » Politique » 4 août 1983: avènement de la RDP et naissances du CNR et des CDR

4 août 1983: avènement de la RDP et naissances du CNR et des CDR

Le capitaine Thomas Sankara au soir de sa vie

Le 4 août 1983 est une date importante dans l’histoire du Burkina Faso, même si aujourd’hui elle n’est plus célébrée. Elle marque le début d’une série de bouleversements qualitatifs dans la vie du pays. Avec l’avènement du Conseil national de la révolution (CNR) et des Comités de défense de la révolution (CDR), une nouvelle dynamique est intervenue dans la conduite du pays. Le petit pays pauvre et méconnu s’est révélé à la face du monde par les méthodes de gouvernance et le discours de son président, le capitaine Thomas Sankara. On l’aimait ou on ne l’aimait pas mais il n’a pas laissé indifférent durant les quatre années passées à la tête de l’Etat.

La Révolution démocratique et populaire (le régime politique du moment) a eu des actions positives mais elle a aussi commis des abus. Sankara lui-même l’avait reconnu lors de la célébration du 4ème anniversaire de la RDP à Bobo-Dioulasso, en disant en substance qu’il fallait à présent tendre la main à leurs adversaires appelés réactionnaires qu’ils ont assez combattus. Voilà pourquoi, certainement, lors de son assassinat et dans la proclamation de l’avènement du Front populaire, Sankara a été accusé de «dérive droitière».

Ceux qui ont connu cette période regrettent aujourd’hui que certaines des grandes politiques et mots d’ordre du CNR aient été abandonnés au profit d’intérêts égoïstes. L’Homme intègre (le Burkinabè) s’est totalement désintégré et faisandé.

Nous vous proposons le discours que le capitaine Sankara a prononcé dans la nuit du 4 août 1983.

Le capitaine Sankara en 1983

Peuple de Haute-Volta!

Aujourd’hui encore, les soldats, sous-officiers et officiers de l’Armée nationale et des forces para-militaires se sont vus obligés d’intervenir dans la conduite des affaires de l’Etat pour rendre à notre pays son indépendance et sa liberté et à notre peuple sa dignité.

En effet, ces objectifs patriotiques et progressistes qui ont justifié l’avènement du Conseil du salut du peuple (CSP) le 7 novembre 1982, ont été trahis le 17 mai 1983, soit seulement six mois après, par des individus farouchement hostiles aux intérêts du peuple voltaïque et à ses aspirations à la démocratie et à la liberté.

Ces individus, vous les connaissez, car ils se sont frauduleusement introduits dans l’Histoire de notre peuple ; ils s’y sont tristement illustrés, d’abord par leur politique à double face, ensuite, par leur alliance ouverte avec toutes les forces conservatrices réactionnaires qui ne savent rien faire d’autre que de servir les intérêts des ennemis du peuple, les intérêts de la domination étrangère et du néo-colonialisme.

Aujourd’hui, 4 août 1983, les soldats, sous-officiers et officiers de toutes les armes et de toutes les unités, dans un élan patriotique, ont décidé de balayer le régime impopulaire, le régime de soumission et d’aplatissement, mis en place depuis le 17 mai 1983 par le médecin commandant Jean-Baptiste Ouédraogo sous la houlette du colonel Gabriel Somé Yoryan et de ses hommes de main.

Aujourd’hui, 4 août 1983, des soldats, sous-officiers et officiers patriotes et progressistes ont ainsi lavé l’honneur de notre peuple et de son armée et leur ont rendu leur dignité, leur permettant de retrouver le respect et la considération que chacun, en Haute-Volta comme à l’étranger, leur portait du 7 novembre 1982 au 17 mai 1983.

Pour réaliser ces objectifs d’honneur, de dignité, d’indépendance véritable et de progrès pour la Haute-Volta et pour son peuple, le mouvement actuel des Forces armées voltaïques, tirant les leçons des amères expériences du CSP, a constitué ce jour, 4 août 1983, le Conseil national de la révolution (CNR) qui assume désormais le pouvoir d’État, en même temps qu’il met fin au fantomatique régime du CSP du médecin commandant Jean-Baptiste Ouédraogo qui l’avait du reste arbitrairement dissous.

Peuple de Haute-Volta, le Conseil national de la révolution appelle chaque Voltaïque, homme ou femme, jeune ou vieux à se mobiliser dans la vigilance pour lui apporter son soutien actif. Le Conseil national de la révolution invite le peuple voltaïque à constituer partout des Comités de défense de la révolution (CDR) pour participer à la grande lutte patriotique du CNR et pour empêcher les ennemis intérieurs et extérieurs de nuire à notre peuple. Il va sans dire que les partis politiques sont dissous.

Sur le plan international, le Conseil national de la révolution proclame son engagement à respecter les accords qui lient notre pays aux autres États. Il maintient également l’adhésion de notre pays aux organisations régionales, continentales et internationales.

Le Conseil national de la révolution n’est dirigé contre aucun pays, aucun État ou peuple. Il proclame sa solidarité avec tous les peuples, sa volonté de vivre en paix, et en bonne amitié avec tous les pays et notamment avec tous les pays voisins de la Haute-Volta.

La raison fondamentale et l’objectif du Conseil national de la révolution, c’est la défense des intérêts du peuple voltaïque, la réalisation de ses profondes aspirations à la liberté, à l’indépendance véritable et au progrès économique et social.

Peuple de Haute-Volta! Tous en avant avec le Conseil national de la révolution pour le grand combat patriotique, pour l’avenir radieux de notre pays.

La patrie ou la mort, nous vaincrons!

Vive le peuple voltaïque!

Vive le Conseil national de la révolution!

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *