Accueil » Ca se passe à l'assemblée » 44ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie: pour une meilleure représentation de la société au sein des parlements

44ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie: pour une meilleure représentation de la société au sein des parlements

L’Assemblée nationale du Burkina Faso a pris l’engagement de prendre des dispositions pour une meilleure représentation des jeunes et des femmes et de la société civile. En effet, devant les présidents des parlements francophones présents au Québec pour la 44ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF), le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, est intervenu à la conférence des présidents, le jeudi 5 juillet 2018, sur le thème «comment améliorer la représentation de la société au sein des parlements?». A la 44ème session de l’APF, une quinzaine de présidents de parlements ont répondu présents au Québec.

La 44ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) s’est tenue le 5 juillet au Québec

Le Chef du parlement burkinabè dans son message a fait le point des actions entreprises par son pays pour mettre les femmes et les jeunes en lumière dans la représentation parlementaire. Abordant les outils législatifs en faveur d’une meilleure représentation des femmes au sein du Parlement, le Président Sakandé a relevé que l’application de la loi quota genre de 2009, à l’épreuve des élections, n’a pas permis d’atteindre les effets escomptés.

A l’occasion, le Chef du parlement burkinabè a donné un message

Tirant leçon de la situation, Alassane Bala Sakandé a souligné qu’il s’agit désormais d’aller à l’action et de prendre des dispositions nécessaires afin que cesse cette iniquité socio-politique. S’appuyant sur un enseignement du président Thomas Sankara «la vraie émancipation de la femme, c’est celle qui responsabilise la femme», le président Alassane Bala Sakandé envisage à moyen terme de demander aux députés burkinabè la relecture du Règlement de l’Assemblée nationale en vue d’y consigner un quota genre dans les différents organes.

Pour ce qui concerne les jeunes, le président de l’Assemblée nationale est favorable à une plus grande responsabilisation politique et administrative des jeunes. Ainsi pour soutenir la volonté politique actuelle, les députés mettent en réflexion la possibilité de l’instauration d’un quota jeune à l’image du quota genre revisité.

Le président Sakandé s’est engagé à mettre en place un Bureau aux citoyens (dans l’organigramme de l’institution) à même d’assurer une plus grande participation de la société civile au travail parlementaire. Dans ce sens, il a indiqué qu’il est fondamental de mieux associer la société civile dans les travaux en commissions (examen des propositions et projets de lois), cela afin de prendre en compte davantage la contribution des acteurs. Cette démarche participe en soi à un engagement d’ouverture et de transparence parlementaire.

Pour cette 44ème session de l’APF, la délégation du Burkina Faso conduite par le président de l’Assemblée nationale comprend des députés de la majorité parlementaire qui sont Ba Saidou (MPP), Diallo Mamadou (MPP), Mossé Abdoulaye (MPP), Koubizara Henri (MPP), Bonkoungou Issa Anatole (ODT), et des députés de l’opposition parlementaire qui sont Odagou Goula (UPC), Palenfo Kodjo Jacques (UPC) et Ouédraogo/ Sawadogo Maïmouna (CDP). Les députés membres de l’APF prennent part, du 5 au 10 juillet 2018 au Québec, aux réunions de commissions et à l’Assemblée plénière qui connaitra un débat général sur deux thèmes: «le numérique et l’intelligence artificielle au service des législateurs et législatrices et de leur population», «les bonnes pratiques des parlements francophones à l’ère du numérique».

La Direction des médias

de l’Assemblée nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *