Accueil » Gouvernance - Développement » 48 heures de concertation Etat/OSC: sécurité et cohésion sociale au menu des échanges

48 heures de concertation Etat/OSC: sécurité et cohésion sociale au menu des échanges

La 4e Session du cadre de concertation Etat/OSC 2019, a sous la très haute présidence du président du Faso et sous la présidence de son premier ministre chef du gouvernement burkinabè, Christoph Mari joseph Dabiré,  ouvert ses portes dans la matinée du jeudi 7 novembre 2019, à Ouagadougou, sous le thème : « Consolidation de la cohésion sociale dans un contexte d’insécurité et de terrorisme. Rôles et responsabilités de l’État et des organisations de la société civile ».

Le présidium lors de l’ouverture de la 4ème session

« Le devoir de lutter contre l’insécurité et la reconstitution du tissu social nous incombe Le à tous ». C’est en ces mots que le Premier ministre, Christoph Mari Joseph Dabiré, président de la 4e Session du cadre de concertation Etat/OSC s’est adressé aux acteurs et participants de cette rencontre d’intérêt national, ouvert ce jeudi 7 novembre 2019, dans la salle des conférences de Ouaga-2000. Car pour lui, les défis sécuritaires et la fronde sociale interpellent  l’ensemble des burkinabè. D’où le sens du thème de cette 4e Session du cadre de concertation Etat/OSC, qui est: « Consolidation de la cohésion sociale dans un contexte d’insécurité et de terrorisme. Rôles et responsabilités de l’État et des organisations de la société civile ». Un cadre interpellateur pour le gouvernement, dit le chef du gouvernement , mais également  une occasion pour lui de réitérer aux OSC l’engagement  du gouvernement burkinabè de les accompagner pour toujours  dans une  détermination d’interpellation et de sensibilisation de la population, surtout dans ce contexte lutte contre le terrorisme au Burkina Faso.

Siméon Sawadogo, ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la Cohésion sociale

« Le gouvernement, dans ce contexte de l’insécurité et de lutte contre le terrorisme travail à restaurer le civisme. Et nous avons la forte conviction que sans la contribution des OSC, ce combat ne peut pas être gagné », soutient un des membres du gouvernement Siméon Sawadogo, ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale en sa qualité du président du comité d’organisation de ce 4cadre d’échange 2019. A-t-il signifié, cette rencontre est un cadre important aux OSC et surtout à l’Etat pour Y parvenir. Il en est de même pour le président du conseil National des OSC, Jonas Hien qui a entre prosternation et indignation condamner, l’attaque contre le convoi du personnel de la société minière Canadienne CMAFO intervenu, le 6 novembre 2019,dans la région de l’Est à la veille de l’ouverture de ce cadre d’échange Etat/OSC. « Face aux agressions contre notre pays, les citoyennes et citoyens burkinabè font de la  question sécuritaire leur préoccupation au près des OSC à la recherche de solutions pérennes », a-t-il affirmé. Aux dires de M. Hien, cette occasion permet une fois de plus l’organisation de la société Civile de réitérer au près du gouvernement, son agacement à toute initiative avec pour vision de rendre au Burkina Faso sa sécurité.

Une vue des participants

« Les OSC attendent de la part des experts aussi que des participants, des orientations pertinentes.. », a souhaité, le président du CNOSC. Des partenaires qui louent l’efficacité du pays des hommes intègre pour sa culture de dialogue qui est déjà  apprécient. « Le Burkina Faso doit être fière de sa culture de dialogue et de sa cohésion sociale » a apprécié la coordonnatrice du programme des nations-Unis au Burkina Faso, Metsi Maketa. Ce cadre est d’ailleurs financé à budget propre par l’Etat burkinabè est aussi l’une des raisons justifiant l’engagement des Etats-Unis à accompagner cette initiative qui est mesure sécuritaire mais aussi une, de cohésion social, a traduit la diplomate des Nations-Unis, qui a souhaité plein succès à cette 4e session prévu se clôturé le dimanche, 09 novembre 2019 à la présidence du Faso.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *