Accueil » Arts-Culture » 4e édition de reggae city Festival: les femmes mises à l’honneur

4e édition de reggae city Festival: les femmes mises à l’honneur

Cinq pays sont attendus pour la 4e édition de reggae city Festival qui se tiendra du 29 mars au 1er avril 2018 à Ouagadougou. L’information a été donnée mercredi au cours d’une conférence de presse par le promoteur, Karim Sama dit Sams’KLejah. Avec comme invité spécial David Dramo alias tonton David, le comité d’organisation a décidé pour cette 4e édition, d’impliquer le maximum de femmes.

Le promoteur du reggae city Festival, Karim Sama dit Sams’KLejah

Du 29 mars au 1er avril 2018, Ouagadougou va vibrer dans les vagues de la 4eédition de reggae city Festival qui aura comme invité spécial David Dramo. Cinq pays que sont le Ghana, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Suisse et la France sont attendus et peut-être la Jamaïque. «Les démarches continuent pour avoir les dernières confirmations», a indiqué Sams’K.

Concernant le thème qui n’est pas encore défini, le promoteur a noté qu’il va tirer sa source d’un discours du capitaine Thomas Sankara qui voulait qu’on permette à chaque femme de gagner dignement sa vie. C’est d’ailleurs pour cette raison que le comité d’organisation a décidé cette année de mettre à contribution le maximum de femmes qui transforment les produits locaux pour l’animation de la galerie marchande. «Nous voulons que les femmes invitées soient contentes de leur travail. C’est un moyen pour nous de leur redonner confiance, les rassurer qu’il y a de plus en plus d’espace qui se crée pour elles», a-t-il dit tout en ajoutant que c’est aussi un moyen de faire la promotion du «produisons et consommons burkinabè», tant prôné par Thomas Sankara.

En plus de la galerie marchande, quatre soirées de concert sont au programme de ce festival. Des conférences avec des thèmes qui seront révélés à la prochaine conférence de presse sont également attendues.

A propos du parrain, le promoteur a dévoilé que comme l’année passée, le comité d’organisation veut porter son choix sur le maire de la ville de Ouagadougou. «Le Reggae city est un festival majeur qui contribue à la vie culturelle de notre capitale; raison pour laquelle nous souhaitons un appui de la mairie de la ville de Ouagadougou», a-t-il souligné.

Par ailleurs, il a indiqué que le budget prévisionnel de ce Festival est d’environ 53 millions de Francs CFA.

Je n’ai pas créé mon festival pour noyer quelqu’un

Répondant à une question d’un journaliste sur des mésententes qu’il aurait eu avec l’artiste Madess à propos de son festival, Sams’K a répondu que ce sont de petites querelles inventées par les gens. «Je n’ai pas créé mon festival pour noyer quelqu’un. Je n’ai pas besoin d’éteindre la lumière de quelqu’un pour que la mienne brille. Mon combat c’est le reggae», a-t-il assuré.

Il faut noter aussi que plusieurs artistes s’en sont pris à lui, l’accusant de ne pas faire la promotion du reggae burkinabè. Mais pour Sams’K, le reggae n’est pas une musique burkinabè, mais une musique universelle. «Quand on chante bien, on est joué. Quelqu’un qui rêve d’une carrière musicale doit travailler à être un artiste international», a-t-il soutenu rappelant au passage qu’il ne faut pas se renfermer dans un monde qui s’ouvre de plus en plus. «Nous encourageons les uns et les autres à laisser tomber les play back pour le live», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *