Accueil » Société » 4ème anniversaire de l’insurrection populaire d’octobre 2014: une commémoration en rangs dispersés qui n’honore pas les victimes

4ème anniversaire de l’insurrection populaire d’octobre 2014: une commémoration en rangs dispersés qui n’honore pas les victimes

La commémoration du 4ème anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre se fera cette année en rangs dispersés au Burkina Faso. Alors que le gouvernement a publié un programme officiel des activités, un regroupement d’organisations de la société civile appelle les Burkinabè à d’autres manifestations.

L’insurrection est passée. Ayons à cœur le développement de notre Burkina

Le programme officiel de la commémoration du 4ème anniversaire de l’insurrection populaire mais aussi sur le 3ème anniversaire de la résistance au coup d’Etat du 16 septembre 2015 dans les 13 chefs-lieux de région a été rendu public par le gouvernement à travers le Service d’information du gouvernement (SIG). Selon ce programme, les activités s’étalent du 26 au 31 octobre 2018.

Outre la salubrité dans les cimetières où reposent les martyrs et dans les sites symboliques dédiés aux Héros nationaux, le gouvernement prévoit des offices religieux et une conférence publique sur le thème «enjeux et défis de la consolidation des acquis de l’insurrection populaire et de la résistance au coup d’Etat» à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso le samedi 27 octobre 2018. Retentissement de la sirène, observation d’une minute de silence et cérémonial de dépôt de gerbe de fleurs sont d’autres activités prévues par le gouvernement.

A côté du gouvernement, le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) et 13 autres mouvements sonnent la mobilisation générale. Au cours d’une conférence de presse organisée le 9 octobre 2018, ces organisations ont informé de l’organisation d’une marche-meeting à la place de la Nation le 31 octobre 2019 à 9 heures. Ces organisations ont appelé les Burkinabè à la mobilisation pour faire face «à la persistance de l’impunité, de l’insécurité et à la remise en cause des acquis de l’insurrection populaire» pour parvenir à un véritable changement en faveur des peuples.

Les conférenciers ont aussi informé que la commémoration vise également à dénoncer les «privatisations sauvages», la répression des luttes populaires des syndicats de travailleurs.

Outre le chevauchement de ces activités, les nombreux points de revendications de cette coalition ne passent pas inaperçus. Des organisations syndicales font parties de cette coalition. On peut se demander si elles ne pouvaient pas attendre le 1er-Mai, fête du travail, pour des revendications relatives à la lutte des travailleurs, parce qu’on n’arrive pas à percevoir le lien avec l’insurrection.

Dans un communiqué rendu public, la Section MBDHP du Kadiogo enfonce le clou. Elle appelle ses militants et sympathisants, ainsi que les populations de Ouagadougou et environnants, à participer massivement le 31 octobre 2018 à partir de 9 heures à la place de la Révolution à cette marche-meeting. Pour elle, la marche vise à exiger vérité et justice pour les martyrs de l’Insurrection populaire et de la résistance au coup d’Etat de septembre 2015. Normal! Elle vise également à défendre et approfondir les acquis de l’Insurrection populaire, à dire non à la remise en cause des libertés démocratiques et à la gestion calamiteuse du pays par le pouvoir en place. La marche exigera du gouvernement la prise de mesures urgentes et efficaces contre l’insécurité et les attaques terroristes, etc.

Le Burkina Faso est en train de rater l’occasion d’honorer la mémoire des personnes tombées lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et du coup d’Etat déjoué du 16 septembre 2015.

A. K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *