Accueil » Coopération-Diplomatie » 8 mars 2019 à Vienne: en communion avec les victimes de l’extrémisme violent au Faso

8 mars 2019 à Vienne: en communion avec les victimes de l’extrémisme violent au Faso

A Vienne, les femmes de la communauté burkinabè ont, à l’instar de leurs sœurs du Burkina Faso et du monde entier, célébré la 162e édition de la Journée internationale de la femme. Elles ont joint leur voix à celle de l’artiste-musicien Adama Dicko à l’occasion d’un concert organisé, le vendredi 8 mars au Schwarze Kirche à Donau-City. Les fonds récoltés serviront à soutenir les victimes de l’intolérance et de l’extrémisme violent au Burkina Faso.

Photo de famille de l’Ambassadeur avec les femmes de l’Amicale

L’Organisation des Nations- Unies, qui a institué cette Journée en 1977 à la suite de l’initiative mémorable en faveur des droits des femmes du Parti socialiste d’Amérique, le 28 février 1909 à New York, a proposé cette année le thème : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».  

En effet, de par le monde et singulièrement dans les pays africains, les filles et les femmes ont besoin d’une plus grande ouverture à l’innovation et à la technologie. Leur accès à une éducation de qualité dans la durée et leur autonomisation en prenant en compte l’égalité des sexes demeurent des objectifs à atteindre. Pour y parvenir, elles ont besoin du soutien et de l’accompagnement des hommes mais aussi d’un changement des mentalités.

Adama Dicko (point levé) a remercié l’assistance pour la mobilisation

C’est sans doute dans cette dynamique que le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé dans son message cette invite : « En cette Journée internationale des femmes, veillons à ce que les femmes et les filles puissent concevoir des politiques, des services et des infrastructures ayant un effet sur notre vie. Et apportons notre soutien aux femmes et aux filles qui suppriment les obstacles à la création d’un monde meilleur pour toutes et pour tous ».

Les filles et les femmes au Burkina Faso œuvrent pour un monde meilleur pour tous malgré les nombreuses pesanteurs. Elles sont malheureusement les premières victimes et la célébration du 8 mars vient rappeler que beaucoup reste encore à faire pour donner la place qu’il faut à l’autre moitié du ciel.

Cette vision est largement partagée par des membres de la communauté burkinabè à Vienne, en l’occurrence les femmes et l’artiste-musicien Adama Dicko, qui ont décidé de marquer leur solidarité avec les victimes de l’intolérance et de l’extrémisme violent au Burkina Faso en leur dédiant les fonds générés par le concert.

Cette action entre également en droite ligne du thème national de la Journée 2019 qui est : « Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina de sécurité, de paix et de cohésion sociale ». En effet, les initiateurs de l’activité à Vienne estiment que les femmes peuvent et doivent apporter leur contribution à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale mais également à la résolution des problèmes liés à l’insécurité et à l’intolérance. Une contribution qui pourrait se faire de manière multiforme et qui commence par une prise de conscience individuelle et collective de la nécessité d’œuvrer ensemble à bâtir un destin commun.

Vue partielle des participants au concert

Ce message a été porté par Adama Dicko et le Seno Blues ainsi que les nombreux artistes qui se sont succédé sur la scène. Dicko et son groupe ainsi que Karim Thiam alias Aka Mr Ambassador, Nisondiya, Seydou Traoré, Louis Sanou, Moneka et Carla Urban ont fait vibrer le public. L’artiste-musicien burkinabè Mamadou Diabaté a également marqué sa présence pour soutenir son jeune frère qui est en train de faire progressivement son entrée dans la cour des grands.

Membres de la communauté burkinabè et amis du Burkina Faso ont participé nombreux à l’événement, qui a également connu la présence de l’Ambassadeur Dieudonné Kéré. Le chef de mission, en faisant le déplacement, a tenu à apporter ses encouragements et ses félicitations aux initiateurs de l’activité, conduite par Adama Dicko.

La date et surtout l’objectif majeur de la manifestation ont conduit l’Amicale des femmes de l’Ambassade du Burkina Faso à Vienne à s’associer à sa mise en œuvre. Dirigée par Jeanne d’Arc Zoungrana, cette jeune association a salué l’initiative de Dicko et n’a pas hésité à y adhérer. La déléguée CSBE, Irène Hochauer Kpoda, qui multiplie également les initiatives en vue de hisser haut le drapeau du Burkina Faso dans cette partie du monde s’y est aussi investie. Ce concert, qui fut également un moment de retrouvailles et de communion, a tenu toutes ses promesses, à la satisfaction des participants et des initiateurs.

Jeanne d’Arc Zoungrana lors de son allocution

Enfin, l’Amicale des femmes de l’Ambassade du Burkina Faso à Vienne a convié époux et enfants le samedi 9 mars à la résidence du chef de mission diplomatique pour échanger sur le thème national et pour un repas fraternel. A l’issue de la petite présentation de la présidente Jeanne d’Arc Zoungrana, l’Ambassadeur Dieudonné Kéré a salué la pertinence du thème national de cette Journée, célébrée cette année à Koupéla sous la présidence de la Première dame.

Il a, pour terminer, réitéré ses félicitations aux femmes pour les multiples initiatives et les a exhortées à poursuivre dans ce sens, tout en invitant les hommes à suivre le bon exemple.

Simon YAMEOGO

Attaché, Ambassade du Burkina Faso à Vienne

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *