Accueil » Arts-Culture » «A rebours»: une création chorégraphique qui alerte

«A rebours»: une création chorégraphique qui alerte

Face aux nombreuses crises multiformes que connaît le monde, la compagnie Tamadia a créé «A rebours», une création chorégraphique qui alerte les uns et les autres sur les risques de l’avènement d’une 3ème guerre mondiale.

«A rebours, c’est une pièce qui espère tirer sur la sonnette d’alarme quant aux risques d’une 3ème guerre mondiale

Esclavage, travail forcé, vente d’êtres humains, sont entre autres des gestes exécutés dans cette pièce dont la création selon Aguibou Bougobali Sanou, chorégraphe par ailleurs responsable de la compagnie Tamadia, n’est pas le fait d’un hasard. «A l’allure où on va, la 3ème guerre mondiale est inévitable», regrette-t-il.

A rebours « veut briser le silence du sacré et la barrière de la différence»

La création «A rebours» se veut donc selon lui, une forme d’alerte comme le tambour qui jadis, annonçait les évènements heureux ou malheureux. «A rebours, c’est une pièce que nous avons voulue pour tirer sur la sonnette d’alarme quant aux risques d’une 3ème guerre mondiale vu tout se qui se passe entre différents pays notamment entre la Chine Taïwan et la Corée du Nord. A rebours, c’est le tambour qui annonce la guerre, le décès, le baptême. Nous voulons donc utiliser ce tambour pour dire attention, réveillons-nous car nous ne sommes pas très loin de la 3ème guerre mondiale», a-t-il précisé.

Au regard du rôle joué par le tambour et le masque par le passé et ce, dans toutes les civilisations, la compagnie dans sa création, a mis en évidence ces derniers. «A rebours» est un projet d’expression artistique contemporaine qui entend conjuguer toutes la diversité des sonorités, des rythmes et des symboliques dans une vision unique: briser le silence du sacré et la barrière de la différence», a signifié Aguibou Sanou avant de préciser que la création de «A rebours» est une forme de critique aux politiques de renfermement de certains Etats redoutant la culture étrangère. «Elle est une des voix qui prônent l’expression de la diversité culturelle» dit-il.

Cette chorégraphie «Elle est une des voix qui prônent l’expression de la diversité culturelle»

«A rebours», créé il y a à peine 3 mois et qui met l’accent sur la traite d’être humains, vient d’être rattrapé par l’actualité récente relative à la vente des noirs en Libye. «Le phénomène n’est pas nouveau. Il y a des pays surtout en Asie où la vente des humains notamment des jeunes filles pour la prostitution est presque légale. Nous avons été rattrapés par l’actualité», s’est-il réjouit du fait que certains faits décriés dans la pièce éclatent au grand jour.

Cette pièce a été présentée au public bobolais le samedi 26 novembre 2017. Après Bobo, la compagnie Tamadia compte entamer une tournée d’envergure internationale pour, à travers la pièce, attirer l’attention des uns et des autres quant aux risques d’une 3ème guerre mondiale.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *