Action sociale: les travailleurs annoncent une grève de 96 heures - Les échos du Faso
Accueil » Société » Action sociale: les travailleurs annoncent une grève de 96 heures

Action sociale: les travailleurs annoncent une grève de 96 heures

Le Syndicat des travailleurs de l’Action sociale (SYNTAS) et le comité de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) ont annoncé, au cours d’un point de presse ce jeudi 12 avril 2018, la tenue d’une grève de 96h à compter du mardi 24 avril 2018. Objectif, exiger la satisfaction de leur plateforme minimale revendicative.

Les journalistes présents à la conférence
Le présidium lors de la conférence de presse du syndicat des travailleurs de l’Action sociale

Par correspondance depuis le 08 février 2018, le Syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS) et le comité de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), avaient, en lieu et place d’un préavis de grève, interpellé madame le ministre Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, sur les préoccupations urgentes des travailleurs du département.

Dans cette correspondance, le SYNTAS et le comité CGT-B avaient clairement mis en garde l’autorité contre tout prétexte fallacieux de «changement» à la tête du ministère aux fins de dévoyer les préoccupations légitimes des travailleurs et les renvoyer aux «calendes grecques».

Le secrétaire général du SYNTAS, Juste Koumara Logobana

Mais «l’autorité est restée muette, méprisante et versatile sur cette question», à en croire le secrétaire général du SYNTAS, Juste Koumara Logobana. En effet, les huit(8) points de la plate-forme revendicative composée entre autres, de l’annulation des nominations de complaisance, du rétablissement de l’indemnité d’accueil ou de permanence injustement supprimée en 2011, la dotation des services en équipements et en moyens suffisants pour la prise en charge des publics-cibles, de l’adoption d’un statut particulier au profit des personnels du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, sont toujours en souffrance, selon le SG du SYNTAS. Pour preuve, poursuit-il, même la question de la reconstitution de la carrière du personnel des ex-garderies populaires qui a fait l’objet de plusieurs engagements continus dans le protocole d’accord entre la Coordination des syndicats de l’éducation et le gouvernement signé le 27 janvier dernier n’est pas opérationnel, malgré l’échéance d’un moi qui était indiqué pour sa résolution.

Devant les tergiversations de l’autorité pour prendre toute la mesure de la détermination des travailleurs pour la satisfaction de leur plate-forme revendicative, les deux structures annoncent un arrêt de travail de quatre-vingt-seize (96) heures sur toute l’étendue du territoire national, pour  compter du mardi 24 avril 2018 au vendredi 27 avril 2018. En plus de cela, les travailleurs comptent aller plus loin cette fois-ci à travers des sit-in dans les préfectures, les Hauts-Commissariats et les Gouvernorats dans toutes les régions, suspendre la transmission des rapports d’activités et la réalisation de toutes les enquêtes sociales. Et si à l’issue de ces 96h d’arrêt de travail rien n’est fait, le SYNTAS a prévu de durcir le ton.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *