Accueil » Politique » Actualité nationale : « l’incivisme vient d’en haut » a relevé l’opposition politique dans sa traditionnelle conférence

Actualité nationale : « l’incivisme vient d’en haut » a relevé l’opposition politique dans sa traditionnelle conférence

Au cours de sa traditionnelle conférence de presse animée ce mardi 22 janvier 2019 à son siège à Ouagadougou, l’opposition politique   s’est exprimée sur l’actualité nationale. Pour  elle, l’incivisme  vient d’en haut.

le présidium lors du point de presse

« L’incivisme a atteint des sommets jamais égalé au Burkina ». C’est en effet le constat de l’opposition politique burkinabè. Elle dit avoir appris avec consternation les évènements tragiques qui se sont déroulés à Nafona et à Orodara. Aussi, l’opposition tout en condamnant les tueries a déploré le fait que l’incivisme soit un mauvais exemple donné par les dirigeant eux-mêmes. « L’incivisme vient d’en haut. On voit des véhicules fond rouge emmenés des enfants à l’école, des fonds rouges emmenés des femmes au marché, des véhicules fonds rouges circulés la nuit. C’est tout ça l’incivisme » a déclaré Mahamoudou DIcko de la NAFA. Il se pose la question à savoir « comment des koglwéogo peuvent porter des armes sans aucune autorisation pendant que les citoyens lambda ne le peuvent pas ? Comment un ministre de la défense peut-t-il porter une kalachnikov  se promener dans la rue sans être inquiété » Tout cela ajoute-t-il « pour dire que les dirigeants afin de régler la question de l’incivisme doivent donner le bon exemple ».

Se prononçant également sur la fermeture des écoles liées au terrorisme, l’opposition a assuré par rapport au bouleversement du système éducatif burkinabè lié au terrorisme « qu’environ 1000 écoles sont aujourd’hui fermées, et presque 100000 élèves se retrouvent dans la rue ». De ce fait et au regard de la gravité de la situation précise-t-elle, «  il faut que le ministre de l’éducation trouve des voies et moyens pour que les écoles puisse rouvrir ». L’opposition insiste la dessus tout en précisant par la voix du Dr Aristide Ouédraogo (FPR) que les gouvernants « peuvent trouver des solutions pour arrêter l’hémorragie »

les journalistes présents à la conférence de presse

Par ailleurs en ce qui concerne la nomination du Premier ministre, l’opposition dit avoir pris acte mais se rend compte que le parti au pouvoir MPP manque de cadre. « Il n’y a pas de cadres ni de leadership dans le parti au pouvoir. Jusqu’à  preuve du contraire, le nouveau premier ministre n’a pas encore démissionné du CDP » a ajouté Mahamoudou  Dicko de la NAFA. « Il à 71 ans on lui souhaite une bonne santé pour qu’il puisse coordonner les différentes institutions et ministères et sortir le Burkina de la crise ». Aussi a-t-il souhaité: «  J’espère qu’il va dépolitiser l’administration afin que l’on puisse travailler pour l’intérêt supérieur de la nation et non pour préparer les élections de 2020 ».

Hamadou Ouédraogo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *