Accueil » Lu, vu, entendu » Affaire Adja Divine: verdict exemplaire, mais au goût inachevé

Affaire Adja Divine: verdict exemplaire, mais au goût inachevé

Comme Montesquieu, nous avons toujours soutenu qu’il faut que «la justice soit prompte» au Burkina Faso pour ne pas être trop absente. En effet, souvent, l’injustice n’est pas dans le jugement, elle est dans les délais. Souvent l’examen fait plus de tort qu’une décision contraire.

Aussi, pour avoir diligemment jugé en 7 mois maximum le dossier relatif à l’agression de l’artiste musicienne Adja Divine, Adjaratou Diessongo, à l’État civil, notre justice mérite des félicitations quand bien même l’on s’attendait à un procès de plus d’une personne. Tellement tout était clair dans la vidéo comme l’eau de roche.

verdict exemplaire pour ce agresseur d’un autre genre. Mais était-il le seul à faire du tort à cette femme?

Le mardi 23 mai 2017, l’artiste musicienne Adja Divine avait été victime d’agression inadmissible par une foule «enragée» après avoir été accusée de vol d’enfants. La vidéo de l’agression avait choqué les Burkinabè parce qu’il était question d’une femme et que rien ne justifiait l’humiliation que celle-ci a subie. Elle avait porté plainte contre x pour agression. Indignées, les associations des artistes avait marché et réclamé justice et réparation.

Marche silencieuse des artistes

Le délit était caractérisé en lui-même. Il s’agissait donc pour les enquêteurs de déterminer les coupables et de les traduire devant la justice. Mais apparemment, les recherches n’ont pu identifier et arrêter qu’une seule personne. Ce qui se comprend difficilement car la vidéo est assez parlante.

En attendant, le 10 novembre dernier, l’un des agresseurs de l’artiste a été condamné à trois ans de prison ferme par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Il s’agit M. Jean-Baptiste Ilboudo dit «Naaba» qui avait visiblement tenté d’étrangler la pauvre femme.

Le verdict est exemplaire en ce sens qu’il est un cas d’école pour les éventuels inciviques qui se croient intouchables ou assez malins pour échapper à la justice.

L’épilogue de cette affaire reste tout de même malheureux et inachevé car il aurait fallu épingler au moins 2 agresseurs dans cette foule compacte certes, mais dans laquelle les têtes d’affiches pouvaient être facilement identifiées dans la vidéo. Espérons seulement que cette première condamnation soit non seulement un signal fort mais une étape dans le traitement de ce dossier.

Le peuple se réjouit d’ores et déjà que la justice ait agi avec diligence et fermeté. C’est bien la preuve que notre justice peut fonctionner avec plus de diligence. Une étincelle qui nous donne espoir et qui nous fait rêver plus.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *