Accueil » Société » Affaires étrangères:« le ministre Alpha Barry a érigé son directeur de cabinet en un super secrétaire général, selon le syndicat

Affaires étrangères:« le ministre Alpha Barry a érigé son directeur de cabinet en un super secrétaire général, selon le syndicat

Le Syndicat autonome des agents du ministère des Affaires étrangères (SAMAE) a attiré mercredi, l’attention des plus hautes autorités sur le fait que «la diplomatie burkinabè a mal à son ministre Alpha Barry».

«La diplomatie burkinabè a mal à Alpha Barry», a déclaré le premier-vice secrétaire du SAMAE, Doyé Taba, qui pense que depuis la prise de fonction du ministre Barry en 2016, les choses ont reculé.

Le SAMAE a dénoncé la gestion du ministère des Affaires étrangères par le ministre

La scission du ministère en deux entités en est la preuve, car pour lui, ce n’est que la conséquence d’un dysfonctionnement au sein du ministère des Affaires étrangères. «Le gouvernement a certainement remarqué que l’habit dépassait celui qui le portait et on l’a taillé», a-t-il soutenu.

Le fonctionnement du ministère sur lequel le syndicat a toujours attiré l’attention du ministre est de plus en plus chaotique selon Doyé Taba. Sans jamais rien assumer, le syndicat a assuré que le ministre Barry rejette toujours les erreurs sur les techniciens qu’il «a toujours méprisés et ignorés». A titre illustratif, M. Taba a cité le cas de l’ancien directeur des organisations spécifiques, le Dr Der Laurent Dabiré, qui est à la maison depuis deux ans pour avoir demandé à l’administration au terme de ses trois mois d’intérim, de l’enlever ou de le confirmer.

Doté Taba, premier-vice secrétaire général du SAMAE

En plus de cela, poursuit-il, cela fait six mois que le ministère des Affaires étrangères n’a pas de secrétaire général. Méprisant les textes, les règles et les principes en la matière, le ministre Alpha Barry a décidé, foi du premier-vice secrétaire général du SAMAE «d’ériger son directeur de cabinet en un super secrétaire général afin de réduire au minimum les éventuels fronts de contradictions face à sa gestion aventuriste». En témoigne l’opposition de ce dernier à la prise de service d’un agent affecté au cabinet par la commission d’affectation sous le prétexte qu’il est syndicaliste.

Pour couronner le tout, le SAMAE a constaté que jusqu’à ce jour, les termes du protocole d’accord signé le 29 juin avec le gouvernement qui établissaient la prise des dispositions pour l’opérationnalisation de son contenu au plus tard le 30 septembre ne sont pas respectés.

Face à ce tableau sombre dépeint par les conférenciers, le syndicat a exigé sans délai, le pourvoi aux postes faisant l’objet d’intérim aussi bien à la centrale qu’en ambassade. Aussi la mise en œuvre intégrale du protocole d’accord signé le 29 juin 2017, le respect sous toutes ses formes des libertés syndicales au ministère.

Si rien n’est fait d’ici là, le syndicat a prévenu qu’il usera de tous les moyens légaux en vue de leur satisfaction pleine et entière.

Madina Belemviré

2 commentaires

  1. Ah Monsieur DOYE Taba, mon camarade d’université, toujours comme je l’ai connu, un garçon très simple, très honnête et intègre dans tout ce qu’il fait. Son engagement ne date pas d’aujourd’hui, il ne date certainement pas du passage au campus également.
    Petite plaisanterie: j’aurai mieux aimé le voir comme professeur de français plutôt que comme diplomate, car il allait faire un excellent prof de français comme nous le voyions déjà à l’université. Mais bon, courage mon frère et seule la lutte libère!

  2. C’est quand même grave que dans une administration aussi sensible, on assiste à pareille confusion de rôle. Je comprend pourquoi il ne peut pas y avoir d’efficacité dans ce que nous faisons. Arrêtons cet amateurisme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *