Accueil » Gouvernance - Développement » Alternances politiques en Afrique: la SBDC tient un colloque international

Alternances politiques en Afrique: la SBDC tient un colloque international

La Société burkinabè de droit constitutionnel (SBDC) tient un colloque international à Ouagadougou. Les 14 et 15 mars 2016, les participants vont échanger autour du thème «Alternances politiques en Afrique: défis démocratiques et enjeux constitutionnels»

Le ministre Clément Sawadogo a représenté le président du Faso
Le ministre Clément Sawadogo a représenté le président du Faso

L’alternance est ardemment revendiquée dans plusieurs pays africains. C’est fort de ce constat qu’un colloque international s’est ouvert à Ouagadougou, ce lundi 14 mars 2016, sous le thème «Alternances politiques en Afrique: défis démocratiques et enjeux constitutionnels». Organisé par la Société burkinabè de droit constitutionnel, les travaux réunissent des praticiens du droit, des représentants d’organisations de la société civile, des représentants d’organisations internationales et de missions diplomatiques, des étudiants, ainsi que des citoyens ordinaires.
Venu représenter le président du Faso, patron de la cérémonie, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la protection sociale, Clément Sawadogo, a salué l’initiative de la SBDC. Pour lui, les conclusions des travaux seront d’un apport significatif pour l’avancée, l’enracinement, le renforcement, la consolidation de la démocratie et de l’alternance en Afrique.

Une vue des participant au colloque
Une vue des participant au colloque

La SBDC veut par ce colloque apporter sa contribution aux efforts de recherche de solutions aux problèmes et défis des Etats en cas d’alternance. «La convergence de la réflexion va nourrir l’idée de la nécessité de l’alternance. Alors, les institutions qui ont en charge la conduite de la démocratie dans le différent Etats africains et le monde vont se mettre en branle pour imposer l’alternance», a soutenu le Pr Abdoulaye Soma, président de la SBDC.
Exposant le rapport introductif, le Pr El Hadji Mbodj a fait remarquer que l’alternance ne doit pas être confondue avec la succession de régime qui est la conséquence du remplacement d’un régime existant par un autre qui se veut antagoniste au précèdent. Selon l’universitaire sénégalais, l’alternance ne saurait se décréter, encore moins être imposée ou négociée.

Selon le Pr Abdoulaye Soma, l’alternance est ardemment revendiquée dans plusieurs pays africains
Selon le Pr Abdoulaye Soma, l’alternance est ardemment revendiquée dans plusieurs pays africains

Toutefois, le Pr Abdoulaye Soma pense que la maturité politique est nécessaire à l’effectivité de l’alternance. «L’alternance démocratique nécessite, entre autres, la reconnaissance de la pluralité, l’existence d’un dispositif électoral mis en œuvre par des actions électorales crédibles, la participation des acteurs politiques au déroulement du processus électoral, une juridiction constitutionnelle garante de la régularité..», a renchéri Pr El Hadji Mbodj.
Constitution et alternance
La question de l’alternance en Afrique renvoie très souvent à celle du respect de la constitution. Pour le président de la SBDC, l’acte fondamental se trouve au cœur de l’alternance dans les Etats africains qui sont à une phase de consolidation de leurs démocraties. De ce fait, il doit être considéré comme un acte sacré. «C’est la parole du peuple. [… ] ; Et quand le peuple a parlé, c’est comme si le dieu sur terre a parlé», a indiqué Pr Abdoulaye Soma.

La SBDC a émis le souhait que les échanges puissent permettre d’éclairer les zones d’ombre qui entourent la notion de l’alternance et de proposer aux acteurs politiques, aux théoriciens et aux praticiens du droit constitutionnel et de la science politique un manuel de procédure sur les alternances politiques en Afrique.
Nouroudine Lenoble Lougué (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *