Accueil » Gouvernance - Développement » Amélioration du système d’électrification rurale au Burkina Faso : Les difficultés passées à la loupe par les acteurs du domaine

Amélioration du système d’électrification rurale au Burkina Faso : Les difficultés passées à la loupe par les acteurs du domaine

L’Agence Burkinabè de l’Electrification Rurale(ABER) a en partenariat avec le ministère de l’énergie tenu à l’hôtel Imane de Nioryida dans la commune rurale de Nobéré, un atelier sur le thème : « Amélioration de la performance du modèle d’électrification rurale du Burkina Faso : Nouvelle approche de l’ABER », les 3 et 4  octobre 2019.

Le présidium lors de l’atélier

Le taux d’électrification est de 20% dans l’ensemble des pays du G5 Sahel et le Burkina Faso  est l’un de c’est pays affichant les taux d’électrification les plus faibles dans les zones rurales, selon l’Alliance Sahel. Alors établis dans son référentiel du développement(PNDES), les objectifs du gouvernement burkinabè sont d’accroitre ce taux d’environ 3% à nos jours, à 19% à l’horizon 2020, et c’est l’Agence Burkinabè de l’Electrification Rurale(ABER) de dresser le plan d’action adéquate. Une mission qui a d’ailleurs nécessité l’initiative d’un atelier initié par cette structure autour du thème : « Amélioration de la performance du modèle d’électrification rurale du Burkina Faso : Nouvelle approche de l’ABER »,  ouvert le 3  octobre 2019 et clôturé le lendemain 4 octobre 2019 à hôtel Nioryida dans la commune rurale de Nobéré.

Une vue des participants à l’atelier

Cet atelier qui a réuni durant 48h, plusieurs communicateurs du domaine autours d’une même cause, à savoir  comment mettre en œuvre les principes directeurs établis pour hausser le taux d’électrification des zones rurales burkinabè  d’ici à 2020. Quels mécanismes/ stratégies de professionnalisation des COOPEL du Burkina Faso ? : Besoins de renforcement des capacités des acteurs de l’électrification rurale, l’organisation des localités par grappe pour une optimisation de la gestion des systèmes électriques villageois : comment transcender les divergences sociales ?, rentabilité des exploitations électriques et tarification entre tarification SONABEL et tarification COOPEL ont entre autres été, les points saillants de la synthèse de cette rencontre fait par le directeur Général de l’ABER, Ismaël Somlawendé Nacoulma.

Par ailleurs la toute première communication faite par le directeur technique de l’ABER, Pipikassida Paul kaboré, a été consacré à la présentation de cette agence créée en 2017, et ces réalisations. Pour le M. Kaboré, l’ABER présente déjà un bilan satisfaisant après deux(2) ans de fonctionnement. Ce bilan, il le  justifie à travers  l’électrification de 278 localités avec plus de 41 000 abonnés  à la date du  30 septembre 2019 soit une somme de 41 milliards de FCFA déboursée. A cela s’ajoute, dit-il 251 localités raccordées au réseau national interconnecté, 5 systèmes isolés, 23 kits solaires individuels, bref, tant de réalisations évoqué par le communicateur, qui reste cependant conscient avec ces camarades des nombreux défis à relever dans ce domaine.

La photo de famille

C’est pourquoi ils sortent de ces échanges de diagnostique avec des perspectives et propositions concrètes  qui seront à en croire les communicateurs, reversées au directoire de l’atelier pour des discutions de mise en œuvre avec l’autorité en charge de l’énergie. « Nous avons ensemble, formulé une stratégie claire de l’électrification rurale, définis les contours d’une coopel économique viable afin de trouver des solutions pour le bonheur de tous.. », a déclaré le représentant du gouverneur de la région du Centre-Sud, Amidou Soré. Il est plus qu’important que de nos jours que la question environnemental soit prise en compte dans les politiques d’électrification et le travail que vous avez abattu est fort appréciable, s’est-il réjouit. « Egalement dans notre logique d’objectivité, vous avez travaillé pour la clarification de la logique des tarifs de l’électricité et la position de l’ABER vis-à-vis des Coopel. Soyez-en remercier. Je vous invite à vous approprié le document final et à travailler pour le bonheur de tous dans la lumière », a conclu le lecteur Soré.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *