Accueil » Société » An II des attaques terroristes: les parents des victimes dénoncent le silence des autorités

An II des attaques terroristes: les parents des victimes dénoncent le silence des autorités

15 janvier 2016-15 janvier 2018. Cela fait 2 ans que des terroristes ont perpétré des attaques sur le café Cappuccino et l’hôtel Splendid. Pour mémoire, le bilan était très lourd: une trentaine de morts et une dizaine de blessés. En cette date anniversaire, l’association des familles des victimes de cette barbarie dénonce le silence du gouvernement burkinabè. A cet effet, elle a tenu ce jour 15 janvier une conférence de presse à Taxi Brousse, au cœur de Ouagadougou.

Le présidium lors de la conférence de presse

En janvier 2016 le Burkina avait fait l’objet d’une série de violentes attaques terroristes. Elles avaient eu lieu à Tin Abao près de Gorom-Gorom, à Djibo et à Ouagadougou et avaient causé dénombre pertes en vies humaines, de nombreux blessés sans compter les orphelins, les veuves et des sans-emplois.

A l’occasion de l’an II de ces attaques terroristes surtout du café Cappuccino et de l’Hôtel Splendid à Ouagadougou, l’association des familles des victimes a dénoncé ce matin, lors d’une conférence de presse, le silence des autorités burkinabè. Elle ne comprend pas que des promesses aient été faites et ne sont toujours pas tenues.

Dépôt de gerbe de fleurs au lieu du drame en mémoire des victimes

Au bout de sept cent trente jours, elle dit avoir déposé «une plateforme contenant un certain nombre de recommandations, mais jusqu’à la date d’aujourd’hui, il n’ y a pas de réponse du gouvernement». Selon son président Pascal Lankouandé, ce silence des autorités leur a causé des torts, car par faute de moyens, l’association n’a pas pu mettre en œuvre les activités planifiées. Étonnés mais pas découragés, les membres restent pourtant déterminés et interpellent le gouvernement burkinabè à soutenir les victimes des attentats. Ils ont par exemple évoqué la scolarisation des orphelins, la prise en charge des veuves, des blessés, etc.

En hommage aux disparus, l’association s’est rendue sur les lieux du drame pour y déposer des gerbes de fleurs. Elle a par ce geste exprimé entre autres, la détermination du peuple burkinabè à combattre le terrorisme.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *