Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Assemblée nationale: ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année 2019

Assemblée nationale: ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année 2019

La première session  ordinaire de l’année 2019 de l’Assemblée nationale s’est ouverte dans la soirée  du mercredi 6 mars 2019. Ont pris part à cette cérémonie marquée par le discours d’ouverture du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, le  président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse et la 5ème vice-présidente du parlement nigérien, Amina Elhadji Bala Kalto, venus sous l’invitation de leur homologue burkinabè.

le Premier Ministre burkinabè entouré du
Président de l’Assemblée nationale du Sénégal et de laVice-Présidente de l’Assemblée nationale du Niger

Après l’exécution du Ditanyè et observation d’un temps de recueillement, se sont donc 121 députés qui ont répondu présent à l’ouverture de  cette première session ordinaire  de l’Année 2019. Cependant le point essentiel  de cette cérémonie, marquée par la présence d’éminentes personnalités, parmi elles, venu de Dakar, en la prestigieuse personne du président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Monsieur Moustapha Niasse et la 5ème vice-présidente du parlement nigérien, Amina Elhadji Bala Kalto a été le discours d’ouverture du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Dans son allocution, le président Sakandé a évoqué la lutte contre le terrorisme et la nécessaire implication de tous les burkinabé dans cette lutte, l’organisation réussie par le parlement burkinabé du forum sur l’autonomisation des femmes, l’initiative de l’Assemblée nationale de recruter des volontaires pour appuyer le travail parlementaire.

Pour le chef du parlement burkinabè, l’ouverture de la présente session intervient au moment où la guerre asymétrique que nous ont imposé les ennemis de « notre peuple est entrée dans une nouvelle phase ».En effet, « même s’il convient de ne pas dormir sur nos lauriers et de crier assez tôt victoire, force est de constater que nos forces de défense et de sécurité ont développé une résilience certaine dont les résultats sur le terrain forcent l’admiration et l’optimisme ». Alors dans cette lutte contre le terrorisme, selon  le président Bala,  les grands hommes, ce sont les militaires, les gendarmes et les policiers qui patrouillent nuit et jour, en ville comme en campagne afin d’assurer la sécurité publique et la tranquillité des Burkinabé et tous ceux qui vivent au Burkina Fao.

le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé

« Les grands hommes, ce sont ces douaniers qui continuent de veiller à la surveillance de nos frontières contre toutes formes de trafic, dont certaines alimentent le terrorisme. Les grands hommes, ce sont les agents des Eaux et Forêt qui continuent de veiller à la protection de notre environnement dans des contrées aussi éloignées que frissonnantes » a-t-il ajouté.

Et pour lui, face à cette situation, des Burkinabé ont opté de ne pas joindre leurs voix au concert de félicitations qui pleuvent sur nos forces de défense et de sécurité. Cette posture a un nom : « c’est de l’apathie » a dit M.Sakandé.Mais  convainque que dans la lutte contre le terrorisme, il n’y a que deux camps possibles : celui des femmes et des hommes qui ont fait le choix de la liberté et de la sécurité des Burkinabé, et celui des femmes et des hommes qui sèment la confusion et servent la cause des ennemis de notre peuple. Il faut choisir son camp. Car quand c’est ambigu, c’est que c’est louche et quand c’est louche, c’est que c’est lâche.

Par le contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale multipliera ses initiatives pour suivre au plus près l’exécution des politiques publiques surtout dans leurs composantes sécuritaires. En nous proclamant avocats défenseurs des soldats et des paramilitaires sur le terrain, nous voulons qu’ils sachent qu’ils peuvent avancer sereinement au front car derrière eux se trouve un peuple débout, fier et déterminé.

une vue des députés

Autre point abordé, c’est la  nomination  du nouveau Premier ministre burkinabè en la personne de Monsieur Joseph Marie Christophe Dabiré il Ya  seulement quelques semaines.

« C’est le lieu pour moi de saluer la décision du 21 janvier 2019 de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, de nommer un nouveau Chef de gouvernement aux fins d’insuffler une nouvelle dynamique à l’action gouvernementale. Une action gouvernementale qui, en dépit de la conjoncture internationale défavorable et du contexte sécuritaire qui est le nôtre, continue de se mener avec bonheur conformément au projet de société du Président du Faso » a-t-il déclaré.

Du 23 février au 02 mars se tenait la 26ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) sous le thème ô combien pertinent : « confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

une vue des membres deu gouvernement présents à cette ouverture de la première session de l’an

Une  occasion pour Alassane Bala Sakandé  de féliciter le ministère de la Culture, le comité national d’organisation, les forces de défense et de sécurité dont le professionnalisme et le sens du devoir ont permis de relever le défi de l’organisation de l’une des meilleures vitrines de l’expression culturelle panafricaine.

« J’adresse toutes mes vives félicitations au réalisateur rwandais Joel Karekezi, Etalon d’or 2019 du FESPACO et à la réalisatrice burkinabé Appoline Traoré qui a remporté le prix spécial de l’Assemblée nationale ».

Avant de déclaré ouverte cette session, le chef du parlement burkinabè a eu une pensée pieuse  aux femmes, car dans deux jours, le monde entier célébrera la journée internationale de la femme.

« Je me félicite d’ores et déjà de la commémoration du 8-Mars dans notre pays sous le thème ô combien d’actualité : « contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité et de cohésion sociale ».Certes ce 8-Mars coïncide avec le début du carême, jour où les catholiques doivent s’abstenir de consommer la viande et l’alcool. Mais j’espère que cela n’affectera en rien la beauté de la commémoration. Je souhaite aux fidèles catholiques un bon temps de carême. Sur ce, je déclare ouverte la première session ordinaire de l’année 2019 » a-t-il conclu.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *