Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Assemblée Nationale: le président Sakandé exhorte les députés post-insurrectionnels à servir d’exemple au reste du peuple

Assemblée Nationale: le président Sakandé exhorte les députés post-insurrectionnels à servir d’exemple au reste du peuple

La deuxième session ordinaire de l’année 2018 de l’Assemblée nationale s’est refermée ce vendredi 21 décembre 2018. Elle a été marquée par une cérémonie présidée par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. La séance plénière à laquelle était présents le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, des présidents d’institutions, des membres du gouvernement ainsi que le corps diplomatique, avait pour seul point à l’ordre du jour, le discours du président de l’Assemblée nationale. Un discours d’une heure d’horloge dans lequel le président du Parlement burkinabè a fait le tour d’horizon de la situation nationale.

le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé

«Le développement procède-t-il de la démocratie ou la démocratie précède-t-elle le développement?», s’est interrogé le président de l’Assemblée nationale, à la clôture de la deuxième session ordinaire de l’année. Il dit poser une telle question au moment où le libéralisme politique ou économique semble avoir eu raison de son rival. «Je le sais», ajoute-t-il, cela peut paraître comme un crime de lèse-majesté.

Cette interrogation peut paraître en effet surprenante surtout quand elle émane du président d’un des piliers de la démocratie. Il a aussi justifié ses propos en évoquant les cas de Gombousgou, Nassoumbou, Kampti, etc. où les populations sont inquiètes. Pour lui, pour représenter avec honneur, «c’est par des actes forts et concrets» que «nous répondrons aux aspirations légitimes de nos concitoyens».

Parlant du Code électoral, il estime que hormis les problèmes d’interprétation et de contradiction de certaines dispositions, «nous devons agir en femmes et hommes responsables et pour cela, nous avons l’obligation d’adopter le parler vrai et d’agir en conséquence. Car il y a urgence. «Cette urgence, admet-il, commande courage, audace, transparence et méthode» de la part des détenteurs du pouvoir législatif ou du pouvoir exécutif. Aussi, a-t-il exhorté les députés post-insurrectionnels à faire davantage pour servir d’exemples au reste de notre peuple.

Une vue partielle des députés à l’écoute du discours du président Sakandé

«Au-delà de son formalisme républicain, la cérémonie de clôture de la session budgétaire est un acte majeur de la vie de notre institution», a rappelé le président. Intervenant après l’adoption de la loi de Finances, rappelle-t-il, «elle marque la fin d’une activité parlementaire en même temps qu’elle ouvre un nouveau cycle des relations budgétaires entre le législatif et l’exécutif, formellement séparés, mais ayant tous en partage le devoir de servir la nation».

Du discours du président Bala Sakandé, l’on sait qu’en dépit de la multitude de facteurs limitant, le bilan à mi-parcours du Plan national de développement économique et social (PNDES) fait ressortir un taux de croissance qui est passé de 5,9% en 2016 à 6,7% en 2017 et devrait être contenu dans l’ordre de 6% en 2018. «De beaux chiffres sans nul doute. Mais on ne vit pas de beaux chiffres et d’eau fraîche. Il en va de l’économie comme du panier de la ménagère: même s’il y a de bons ingrédients, le raffinement du plat dépend du talent de la personne qui le prépare», a rappelé le président.

Pour les efforts consentis, il a félicité les membres du gouvernement. «Je voudrais au nom de la Représentation nationale et au mien propre vous adresser à vous-mêmes et à l’ensemble des membres de votre gouvernement mes sincères félicitations pour le travail accompli et vous renouveler à l’occasion, la disponibilité de l’Assemblée nationale à vous accompagner, sans pour autant se départir de sa mission de contrôle de l’action du gouvernement».

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *