Accueil » Edito » Attaques contre les FDS: qui y a intérêt?

Attaques contre les FDS: qui y a intérêt?

Il faut une surveillance du territoire et une vigilance permanente de nos FDS. Aidons-les (ph EMGA)

7 militaires ont perdu la vie suite à l’explosion lorsque leur véhicule a roulé sur un engin explosif dans la nuit du 27 au 28 août 2018. L’incident malheureux est intervenu alors qu’ils se rendaient à Pama, dans la province de la Kompienga, afin de porter main forte aux éléments de la gendarmerie dont le poste a été attaqué.

Le poste de gendarmerie de Pama a été attaqué par des hommes armés non identifiés. L’un des véhicules militaires, qui venaient en renfort depuis Fada, a sauté sur un engin explosif alors qu’ils étaient à une trentaine de kilomètres de Pama. On dénombre 7 morts dans les rangs des militaires. La double attaque n’a pas été revendiquée. On imagine que c’est le groupe qui a attaqué la brigade qui a déposé l’engin explosif. On a la faiblesse de penser que les assaillants ont attiré nos FDS dans un guet-apens, sachant que leur opération allait déclencher une intervention de soutien ou de ratissage.

Cette énième attaque contre les Forces de défense et de sécurité (FDS) est de trop. Que visent les auteurs de ces attaques? Qui a intérêt à multiplier de tels assassinats? Ce sont, nous le pensons, les questions qu’il faut se poser. Ce mode opératoire est nouveau et n’importe quel stratège en sécurité aurait du souci à se faire pour contrer ces attaques qui peuvent être perpétrées contre l’un des milliers de commissariats de police, de brigades de gendarmerie, de directions des Eaux et Forêts et des Douanes et leurs postes de contrôles disséminés aux quatre coins du pays. Comparaison n’est pas raison mais nous oublions que même dans les pays les mieux organisés, des attaques sont perpétrées dans les rues et les établissements publics.

Ce n’est donc pas le moment de culpabiliser l’autorité qui, visiblement, fait de son mieux. Le faire, c’est donner des signes d’encouragement aux auteurs de ces attaques qui pourraient y voir le début de l’atteinte de leur objectif. Ou alors, c’est qu’on est de mauvaise foi ou encore qu’on y a un intérêt direct ou indirect.

Il est certain que la menace terroriste existe mais on peut subodorer que les auteurs de ces nouvelles attaques en profitent pour mener des actes de déstabilisation. Car leurs auteurs espèrent un découragement, une démobilisation voire une révolte des hommes sur le terrain. Ce qui est un terreau fertile pour organiser une sorte de rébellion ou encore une guerre civile. Touchons du bois.

Ils doivent avoir pour objectif d’étouffer économiquement le Burkina Faso. Les 2 attaques perpétrées contre la société minière SEMAFO en est un exemple. L’objectif est de créer la psychose chez les investisseurs, surtout miniers, afin d’amener ceux qui étaient déjà établis à fuir et décourager les potentiels investisseurs. Une situation qui pourrait dessécher financièrement le pays et conduire à la révolte des travailleurs et de la population.

A travers ce raisonnement, on peut déduire (évidemment ce sont des supputations en l’absence de revendications) que les auteurs et commanditaires de ces attentats se recrutent parmi nos proches. Malheureusement, ils sont prêts à endeuiller des familles innocentes.

Mais il est possible que ce soit les terroristes qui agissent de la sorte en espérant disperser les FDS sur toute l’étendue du territoire afin d’affaiblir la surveillance de Ouagadougou afin d’y commettre des actes odieux.

Les Echos du Faso

3 commentaires

  1. Bonne analyse. Il faut que nous prenons de l’avance sur eux (les forces du mal)et dans ce cas il faut une contribution des spécialistes en matière de terrorisme, djiadisme et de sécurité et où de defense : qui pourront faire une analyse de la situation et des propositions. Aussi, les présumés terroristes arrêtés lors d’une opération de ratissage pourraient également nous êtres utiles peut être en divulgant certaines infos concernant leur méthodes sur terrain…

  2. J »épouse l’opinion de mon frère DABONE. j’ajouterai qu’il est urgent de créer un Comité de vigilance dans chaque village dans chaque quartier de nos centres urbains afin d’épauler nos FDS. Nos Kolgweogo et Dozos y seront les bienvenues quoique certains en pensent.

  3. Le sorcier de wanzaarbé

    Pourquoi depuis on s’en prend à la gendarmerie ! La gendarmerie toujours la gendarmerie ! Alors que le grand gendarme est en résidence surveillée !

    Pire, du centre puis au Nord et ils sont partis à l’ouest puis au sud-ouest puis à l’est ! Où vont-ils maintenant ?

    Le scénario à la soromanie semble être en application !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *