Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Attaques terroristes: Paul Kaba Thiéba parle de tentative de déstabilisation

Attaques terroristes: Paul Kaba Thiéba parle de tentative de déstabilisation

Devant les députés le 17 septembre 2018, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a prononcé un discours sur la situation sécuritaire du pays. A l’occasion, il a fait le bilan des attaques armées dont le Burkina Faso fait l’objet depuis un temps maintenant. Il a profité de la tribune pour dénoncer la tentative de déstabilisation et annoncer des mesures pour faire face.

Paul Kaba Thiéba à l’hémicycle (ph www.gouvernement.gov.bf)

Durant son intervention, Paul Kaba Thiéba a utilisé le terme «Groupes armés terroristes (GAT)» pour qualifier les auteurs des attaques armées. Ils auraient causé la mort de 118 personnes de 2015 à nos jours. Ce bilan indique que 50% des victimes ont été enregistrées durant les 9 premiers mois de l’année 2018.

Pour le chef du gouvernement, «Au vu de ces faits et de l’évolution des modes opératoires sophistiqués, nous devons avoir la lucidité de reconnaître que notre pays est victime d’une tentative de déstabilisation». Il confirme ainsi les propos que le ministre de la Sécurité, Clément Sawadogo, avait tenus au cours de la conférence de presse que le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) le 14 septembre 2018 à Ouagadougou.

Pour Clément Sawadogo, ces attaques sont bel et bien une opération de déstabilisation ourdie par les dignitaires de l’ancien régime. Il a donné des éléments qui pourraient corroborer ses dires: «Les assaillants qui dissimulent leurs identités et qui cherchent à donner la mort sans mourir est contraire aux actions des terroristes qui s’affirment grâce à la publicité de leurs actes et le sacrifice de leur vie. La présence suspecte des éléments de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) parmi les combattants, les déclarations ostentatoires de certains hommes politiques et la multiplication des complots attentatoires à la sûreté de l’Etat, les attaques non revendiquées, etc.», font partie de ses observations.

Clément Sawadogo est le ministre de la Sécurité. A ce titre, il est l’une des personnalités les plus renseignées au Burkina Faso. Il ne s’affichera pas devant les médias pour dire des choses inexactes.

Les cibles de ces attaques sont connues: symboles et institutions de l’État (préfectures, mairies), agents des forces de défense et de sécurité, agents des douanes, des eaux et forêts, de la police, encadreurs pédagogiques, chefs religieux, etc. Et le Premier ministre de tirer la conclusion selon laquelle «Toutes ces attaques visent à saper le moral des forces de défense et de sécurité, à saper l’unité nationale et la cohésion des Burkinabè et à affaiblir les institutions démocratiques à des fins inavouées».

Ces propos indiquent que le gouvernement a bien étudié le mode opératoire de ces Groupes armés terroristes qui se sont illustrés par l’utilisation de techniques et de procédés dont la fréquence et la localisation prouvent qu’ils ont acquis une certaine expertise et une liberté d’action. La multiplication des attaques sur plusieurs fronts traduit l’intention des forces du mal à étendre leur emprise sur l’ensemble du territoire national.

Paul Kaba Thiéba  a annoncé les mesures prises pour contrer le mal. Il s’agit essentiellement des actions civilo-militaires et la sensibilisation de la troupe au respect des principes du Droit International Humanitaire (DIH) et des droits de l’Homme au cours des différentes opérations militaires. Un effort particulier est fait en ce qui concerne le renforcement des capacités opérationnelles à travers l’équipement, l’entraînement ainsi que la formation des unités d’élite et de forces spéciales. Plusieurs opérations sont conduites en interne et en coopération avec les pays voisins, dans le cadre d’organisation sous régionales.

Des mesures sont également prises dans le cadre du renforcement de la protection des casernes et des autres points sensibles militaires. Il a toutefois déploré la faible coopération civilo-militaire face à la menace.

Abouga Tagnan

 

Bilan des attaques terroristes de 2015 au 15 septembre 2018

  • 118 victimes au total dont :

48 au sein des forces de défense et de sécurité dont 42 militaires et 06 paramilitaires

70 civils

Pour cette année 2018 (1er janvier – 15 septembre 2018)

  • 69 victimes (50% du bilan total depuis 2015) dont :

25 militaires, 06 paramilitaires et 38 civils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *