Accueil » Edito » Audit de la Transition: elle ne doit pas faire occulter les crimes économiques du régime Compaoré

Audit de la Transition: elle ne doit pas faire occulter les crimes économiques du régime Compaoré

Aujourd’hui, l’opinion et la presse en sont à des tirs groupés sur la Transition, lui demandant de rendre compte de sa gestion. On somme les ‘’transitaires’’ de rendre gorge ou, du moins, de montrer ‘’comptes blancs’’. Le devoir de recevabilité, en somme. Quoi de plus normal? Ici, dans ces mêmes colonnes, nous prévenions les autorités de la Transition de faire attention car elles sont attendues au rapport. En fin de mission. Cette période est arrivée car des voix s’élèvent pour demander des comptes.

Blaise Compaoré et son Premier ministre Tertius Zongo
Blaise Compaoré et son Premier ministre Tertius Zongo

Il y a cette affaire de parcelles Sonatur dont on accuse Yacouba Isaac Zida et des leaders d’organisations de la société civile de s’être indûment appropriées. Il y a cet audit que le nouveau pouvoir veut de la période transitoire. Zida a fait ci, Zida a fait ça. Soit! Il doit justifier ses possessions.
Mais c’est peut-être dû au fait que chacun doit d’abord balayer devant sa porte. Sinon, la Transition, elle-même, n’avait pas fini de balayer devant la sienne car le temps était compté! Elle n’avait pas demandé des comptes à tous les dignitaires, ces hommes influents du régime Compaoré tapis dans l’ombre jadis et plus encore maintenant et qui étaient les vrais détenteurs du pouvoir économique de façon illicite.
La Transition n’ayant pas fini de lister tous ces gourous, de traquer tous les crimes économiques, se contentant de voir l’iceberg des ministres du gouvernement déchu, le pouvoir de Roch ne devra pas descendre brusquement de l’âne au coq mais aller de la gestion entière du régime Compaoré à celle de la Transition ou alors les deux en même temps.

Tertius doit répondre
Car à vouloir s’attaquer à la Transition, c’est jeter aux oubliettes ceux-là qui ont pillé les ressources publiques. Que devient le tout-puissant patron des infrastructures de la présidence du Faso? Que deviennent tous ces entrepreneurs qui ont taclé l’argent du contribuable sans réaliser ou en bâclant les marchés attribués? Ou en est-on avec le tonneau de Danaïdes nommé Brafaso? Etc.. Ce sont des exemples et chacun peut compléter la liste.
En tout cas, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat a du pain sur la planche. La nouvelle justice indépendante également. Sans oublier la Haute cour de justice récemment installée. Il est de notoriété publique que les vrais détournements au Burkina Faso ont eu lieu sous l’ère Tertius Zongo. C’est sous son ‘’mandat’’ que de grands chantiers ont été ouverts et les marchés attribués. Anniversaires tournants de la fête de l’indépendance, échangeurs, RN 1, Brafaso, inondations, aménagement de la ZACA, aménagement de Ouaga 2000, etc., des milliards ont coulé dans du béton mais surtout dans des poches. Brafaso n’a généré aucun emploi, malgré les dizaines de milliards engloutis; la ZACA est en l’état, malgré les milliards déboursés; l’état de la RN1 commence à inquiéter à certains endroits, en plus des feux tricolores qui sont une grosse source d’insécurité car détraqués; pourtant, à elle seule, cette route a englouti sept avenants! Il faut éplucher également ces marchés.
De grands commis de l’Etat, par le jeu de substitutions, se sont attribué les marchés juteux. Qui fournit les engrais qu’on distribue aux paysans? Les milliers de mètres carrés de Madame Zida sont des lopins devant les domaines que certains se sont appropriés dans Ouaga 2000. Ce sont quelques exemples.
Est-ce parce que les détenteurs actuels du pouvoir ont été comptables d’une certaine période de la gestion Compaoré qu’ils veulent faire occulter ces 27 ans de pouvoir sans partage pour ne voir que les 13 mois de la Transition?
Les Echos du Faso

Un commentaire

  1. cette cabale orchestrée contre les autorités de la transition ne nous ferons pas oublier ceux qui pendant plus de 20 ans ont dîné avec le “diable” et veulent aujourd’hui jouer aux parangons de la vertu!!tout se sait dans ce pays de savane,n’est ce pas ce maire qui avait exproprié le verger d’un vieux à koudougou pour le distribuer aux dignitaires de l’actuel régime moins les Compaoré qui a été promu directeur de cabinet du nouveau président????où en est-on avec le dossier Sankara et Norbert ZONGO et du juge Nebié????qu’est ce qui bloque encore dans ces différents dossiers!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *