Accueil » Société » Autonomisation des jeunes: la JCI en fait son cheval de bataille

Autonomisation des jeunes: la JCI en fait son cheval de bataille

Dans le cadre de l’exécution de son plan d’action, la Jeune chambre internationale Ouaga Etoile a procédé le 29 avril dernier, au lancement officiel de son projet «Incubateur» ou le «Youth business school». La cérémonie de lancement a été placée sous le patronage du président de la Chambre de commerce.

Le présidium avec le parrain Philippe Diendéré (milieu)
Le présidium avec le parrain Philippe Diendéré (milieu)

Né de la volonté de la JCI Ouaga Etoile de créer un cadre de formation à l’emploi de la jeunesse, le projet «Youth business school» ambitionne d’offrir des opportunités de développement aux jeunes en leur donnant la capacité de créer des changements positifs.

Placé sous le thème «Autonomiser les jeunes à travers la promotion de l’entreprenariat pour contribuer à résorber le problème du chômage», ce projet qui est à sa première édition va concerner une trentaine de jeunes. Il s’inscrit selon le directeur du Comité d’organisation, Abdoul Karim Sawadogo, dans le respect de l’engagement pris par les membres de cette organisation. «En tant que directeur du Comité d’organisation, c’est une grande fierté de piloter ce projet», s’est réjoui M. Sawadogo qui a noté que même si des difficultés ont émaillées la conduite de ce projet, «nous étions toujours convaincus qu’avec l’abnégation et la détermination des autres membres de l’équipe, nous atteindrions nos objectifs».

Au regard de la complexité de l’emploi au Burkina, le patron de la cérémonie, représenté par Idrissa Kaboré a estimé qu’une telle activité qui vise à outiller et former les jeunes à être plus aptes pour le marché de l’emploi est à saluer. «C’est à travers ces projets innovants que nous allons pouvoir créer et impacter notre communauté et faire de la JCI une organisation leader qui aspire confiance», s’est-il convaincu.

Le parrain de cette première édition, Philippe Diendéré, a pour sa part exprimé son souhait de voir les bénéficiaires de cette 1ère édition devenir des créateurs d’entreprises innovantes et prospères qui emploieront chacune au moins 10 jeunes. «Je rêve de la constitution d’une génération de jeunes hommes d’affaires burkinabè engagés à une plus grande autonomie de la jeunesse de notre pays», a-t-il souhaité.

Les participants à la cérémonie d'ouverture
Les participants à la cérémonie d’ouverture
Le président 2017 de la JCI Ouaga etoile, Yassia Sawadogo
Le président 2017 de la JCI Ouaga etoile, Yassia Sawadogo

Pour pouvoir réaliser ce rêve, M. Diendéré a invité ses filleuls à s’armer de l’esprit du possible. «Ne vous attendez pas à ce que ça soit facile donc armez-vous de l’esprit du possible car c’est cet esprit qui vous permettra d’entrevoir même dans les moments difficiles», a-t-il suggéré tout en réaffirmant sa disponibilité à accompagner chacun des incubés autant que nécessaire.

Ces journées de formations qui vont s’étendre jusqu’en fin aout 2017seront axées sur l’entreprenariat et visent à permettre aux jeunes porteurs d’initiatives économiques à connaitre les bases de l’entreprise à travers cinq thèmes de formation qui leur seront dispensés.

Aussi des visites d’entreprises seront organisées au profit des jeunes formés afin qu’ils touchent du doigt les réalités des entrepreneurs sur le terrain et bénéficient des témoignages de chef d’entreprises. Enfin, une journée de l’entreprenariat sera organisée le 09 Septembre 2017 afin de réunir les institutions financières et les jeunes formés pour des échanges B to B pour leur permettre de présenter leur projet d’entreprises et leur plan d’affaires pour des éventuels financements.

En rappel, la JCI est une organisation mondiale de jeunes citoyens actifs sans distinctions de race, de sexe ni de nationalité. Elle est tournée vers le don de soi et l’amour de son prochain à travers le service à l’humanité et est présente dans 120 pays dont le Burkina Faso.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *