Accueil » Société » La Banque commerciale du Burkina solidaire des malades du paludisme

La Banque commerciale du Burkina solidaire des malades du paludisme

La Banque Commerciale du Burkina (BCB) en collaboration avec l’association SOS Sang et le Centre national de transfusion sanguine ont organisé une campagne de collecte de sang auprès de ladite Banque pour contribuer un temps soit peu au manque criard de sang en cette période de pic du paludisme. En effet, les mois d’août, de septembre et d’octobre sont connus au Burkina comme une période palustre. C’est en cette période que le besoin de sang se fait le plus ressentir dans les hôpitaux et formations sanitaires du fait des nombreux cas d’anémies causées par paludisme. Cette opération est donc la bienvenue. Il est d’ailleurs attendu une cinquantaine de poches de sang ce 11 septembre 2018.

Jean-Bosco Zoundi, président de SOS sang
Le directeur de la banque donnant l’exemple

La collecte de sang a lieu au siège de la BCB à Ouagadougou. A en croire Jean-Bosco Zoundi, président de SOS sang, «cette campagne entre dans le cadre de nos activités de routine.Chaque jour il faut bousculer pour avoir le liquide précieux et sauver les malades. C’est ce qui nous envoie ici à la CBC ce matin», a-t-il confié confie tout en précisant que tout le monde peut à n’importe quel moment être dans le besoin: «nul n’est à l’abri, aujourd’hui en bonne santé, demain demandeur de sang, c’est pourquoi nous mouillons le maillot pour collecter le maximum».

En ce qui concerne la quantité de sang nécessaire quotidiennement, M. Zoundi a confié que pour un besoin du CNTS estimé à 300 poches jour, les donneurs bénévoles sont estimés à 45 poches par jour. «Voilà pourquoi il est aussi important pour nous de faire ce genre de collecte qui peut nous garantir au moins 50 poches de sang», a-t-il soutenu.

Une cinquantaine de poches de sang est attendue ce 11 septembre
Irméya Ouedraogo, directeur commercial de la banque

Pour le directeur de la BCB, cette action de don de sang entre dans les œuvres sociales de la banque: «c’est une manière pour nous de contribuer à guérir des malades. Cela entre aussi dans le cadre de la responsabilité sociale de l’entreprise», a-t-il dit. Le directeur commercial de la banque, Irméya Ouédraogo, promet par ailleurs que tout l’ensemble du personnel est mobilisé pour cette œuvre salutaire et combien importante pour la santé des Burkinabè. Pour lui, «ce n’est pas la première fois que se tient une telle activité sein de la banque; d’où la motivation des agents. En plus, certains clients ont été associés pour une plus grande mobilisation du liquide précieux».

En rappel, le CNTS ravitaille plusieurs centres hospitaliers à travers tout le Burkina. Ses besoins sont donc immenses. C’est la raison pour laquelle les objectifs de l’institution sont toujours loin d’être atteints. Tous les services et tous les Burkinabè sont interpellés.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *