Accueil » Arts-Culture » BBDA: les mécanismes de fonctionnement de la commission technique d’identification des œuvres littéraires au menu d’une formation

BBDA: les mécanismes de fonctionnement de la commission technique d’identification des œuvres littéraires au menu d’une formation

Le Bureau burkinabè des droits d’auteurs (BBDA) a organisé le 19 novembre 2019 à son siège à Ouagadougou, une séance de formation au profit  des membres  du domaine de l’art graphique et plastique sur le processus de la documentation et de la répartition des droits. La cérémonie d’ouverture des échanges a été présidée par le Directeur général  du BBDA, Ouahab Barra.

Le présidium lors de l’atélier de formation

La création d’œuvres AGP, l’abstraction et la stylisation, le processus  de documentation des membres et des œuvres dans le domaine de l’art graphique et plastique,  les techniques de répartition des droits dans  le domaine de l’art graphique et plastique sont les principaux modules sur lesquels portera la formation des participants selon le programme de formation communiqué par l’organisation à la presse.

Dans les statuts du BBDA, il est prévu la mise en place de commissions techniques  d’identification des œuvres littéraires et artistiques afin de pallier à toute contestation en termes de  déclaration, selon le DG du BBDDA qui explique ainsi les raisons ayant prévalu à la tenue de la formation. Il confie par ailleurs que dans le domaine des arts graphiques plastiques qui est, dit-il, un domaine très pointu, il était important de mettre en place la commission technique d’identification des œuvres d’art graphique et plastique, laquelle commission, après sa mise en place a statué sur l’état des différentes déclarations au niveau du BBDA, selon les précisions du DG Barra. A l’entendre, il était important que ladite commission  rencontre  les titulaires d’œuvres d’art graphique et plastique en vue de leur expliquer son mécanisme de fonctionnement  recueillir les observations  et suggestions à l’effet de se perfectionner.

Une vue des participants

A l’issue de cette formation, il est attendu que les intelligences  puissent être fédérées au mieux et accompagnent  la dynamique au sein du BBDA à travers ce qu’il considère comme nouvel outil, en l’occurrence la commission technique, dans son processus de fonctionnement, pour éviter  au mieux les plaintes des titulaires de droit, ou à défaut,  les réduire.  Cela d’autant plus que le domaine de l’art subit aujourd’hui, à son avis, de nouvelles mutations  dues  aux technologies, à la recrudescence des  atteintes faites aux œuvres d’art graphique et plastique. Pour l’artiste peintre, Christophe Sawadogo, qui va échanger avec les participants sur les notions d’abstraction, de stylisation et de création,  les représentations figuratives rythmaient les créations. En 1910, la notion d’art abstrait est introduite dans les représentations, bouleversant ainsi les représentations qu’on se fait du beau D’où, pour lui aujourd’hui, l’importance de  discuter avec les participants de la notion d’art abstrait. Pour lui, la formation est dictée en partie par le besoin des auteurs d’art de perfectionner leurs œuvres d’art et savoir  la notion d’art abstrait, certaines réalités du milieu, de savoir s’aligner et comprendre l’art abstrait.

Idomar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *