Accueil » Arts-Culture » Le BBDA se dote d’une commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques

Le BBDA se dote d’une commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques

Au siège du Bureau burkinabè du droit d’auteur ce 05 septembre à Ouagadougou, il était question de la présentation de son tout nouveau bébé à savoir la Commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques (CTIOLA). La présentation de la commission a été faite à la presse et aux artistes qui y étaient. Une présentation succincte des taches de ladite commission ainsi que les critères ayant prévalu au choix des membres furent déclinés par Walib Bara, le Directeur général du BBDA. Les artistes présents sur place ont également eu l’occasion de donner leur appréciation sur la commission et ses attributions.

Le présidium lors de la conférence de presse

Le DG du BBDA, Walib Bara, avant de présenter le CTIOLA, a tenu à préciser que: «Le BBDA ne regorge pas de compétences techniques qui puissent apporter un regard sur les œuvres qui lui sont soumises. Par conséquent, le BBDA a jugé intéressant de se doter de personnes ressources afin d’être plus performant dans ses choix techniques».

Ainsi, le CTIOLA a pour rôle d’examiner les catégories musique, littérature, dramaturgie, audiovisuel, art graphique et plastique, chorégraphie. Il est chargé d’indiquer les catégories auxquelles appartiennent les œuvres soumises aux déclarations, puis d’affecter aux œuvres examinées des coefficients suivant le genre. Il a aussi pour rôle de produire tout avis ou recommandation nécessaire à l’amélioration de la documentation des œuvres et des ayants-droit. Enfin, connaître toute question relevant de sa compétence matérielle.

Les participants et journalistes présents à la rencontre

De tous ces points ou attributions du CTIOLA, s’il y en a qui ont particulièrement fait débats, c’est bien les points sur le coefficient suivant le genre et le critère de choix des membres de la commission elle-même. Serge Bambara dit Smockey était particulièrement contre le coefficient suivant le genre. Celui-ci est en réalité une sorte de taxations de coefficient suivant le genre que le BBDA affecte au style musical ou artistique prenant en compte le fait que cela valorise ou fait la promotion de la culture burkinabè à travers par exemple la musique traditionnelle ou tradi-moderne. Les points ou coefficients varient alors et augmentent par exemple les droits de l’artiste quand ses points sont élevés en valorisation traditionnelle.

Serge Bambara dit Smockey était particulièrement contre le coefficient suivant le genre

Pour Smockey encore faut-il bien définir ce qui valorise ou pas la culture burkinabè et encore faut-il bien définir ce qui est tradi-moderne. Bref, pour lui, il n’est pas juste de mettre des barrières à l’art qui est subjectif et qui, d’une manière ou d’une autre, peut permettre de vendre le pays. Smockey a tenu à dénoncer le critère de taxation du coefficient genre comme une politique du deux poids deux mesures. Il ajoute que: «L’art n’est pas esclave de l’industriel ou du commercial. Nous en appelons à des critères plus précis, plus clairs. En définitive, je ne suis pas satisfait de cette rencontre».

Pour Walib Bara, pour comprendre la pratique du coefficient genre, il faut remonter à l’historique de la création du BBDA: «N’oublions pas que le BBDA est un sous-secteur de la culture donc assujetti a une politique nationale de la culture qui entend faire la promotion de la culture nationale, ce qui est même l’objectif de la création du BBDA».

Du reste, en ce qui concerne les critères de choix des membres de la commission, loin d’être un choix clanique ou de copinage, le DG du BBDA assure que ce sont des critères d’expertise dans les différents domaines respectifs et des critères de probité qui ont prévalu. Quand on prend par exemple un secteur comme la musique, il y a un auteur, un arrangeur, un représentant de la Direction générale de la formation et de la recherche du ministère en charge de la Culture et un représentant du BBDA qui constituent la commission. Toutes les commissions suivent ce schéma et les membres de cette commission ont un mandat de deux ans renouvelable.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *