Accueil » Société » Bobo-Dioulasso: 307 sous-officiers stagiaires formés sur la prévention et la répression des actes de torture

Bobo-Dioulasso: 307 sous-officiers stagiaires formés sur la prévention et la répression des actes de torture

307 stagiaires du Centre national de qualification des sous-officiers de la Gendarmerie ont bénéficié d’informations relatives à la prévention et à la répression des actes de torture. C’était à Bobo-Dioulasso le samedi 22 septembre 2018 lors d’une conférence animée par le juge Walé Somé Wminpiou Gontran.

Le présidium à l’ouverture

«Prévention et répression des actes de torture: cadre légal». C’est le  thème sur lequel a porté cette conférence initiée par «Lutte contre l’impunité», un groupe thématique de participants à la formation de Léo sur la prévention de la torture organisée par Equitas en juillet 2018.

Cette formation avait connu la participation de plusieurs corps socioprofessionnels. Et chaque corps, pour ce qui le concerne, devrait restituer la formation à ses membres.

C’est dans cette dynamique que se tient cette conférence au profit des sous-officiers stagiaires au brevet supérieur de qualification de la Gendarmerie et leurs encadreurs. Une conférence qui, selon son animateur Walé Somé Wminpiou Gontran, entre dans le cadre des actions collectives élaborées par les participants au cours de la formation de Léo sur la prévention de la torture.

Celle-ci vise donc à familiariser les stagiaires bénéficiaires et leurs encadreurs aux instruments juridiques pertinents et aux mécanismes nationaux et internationaux de prévention et de répression des actes de torture. «L’objectif c’est de sensibiliser les stagiaires sur la problématique de la torture en vue de sa prévention et de sa répression. A terme, l’idée c’est de parvenir à combattre le fléau au Burkina Faso» a-t-il indiqué.

Ils sont 307 sous-officiers stagiaires à prendre part à cette conférence animée par…

Pour ce faire, la conférence s’est principalement  focalisée sur l’instruction des bénéficiaires aux éléments constitutifs d’actes de torture. Il a également été question pour  le conférencier de faire distinguer les actes de torture des autres actes de violence. Aussi, était-ce le lieu pour les participants de faire connaissance de tous les instruments juridiques de répression de la torture et les mécanismes de sa prévention en vue de la transmission de ces connaissances acquises à leurs camarades.

Pour le conférencier, cette conférence concoure à la prévention et à la répression des actes de torture au niveau national car dit-il, le Burkina Faso a ratifié plusieurs conventions internationales sur la question.

Outre ces conventions internationales qui lient le pays à l’obligation de respecter les normes en la matière, il existe des instruments au niveau national qui commandent la prévention et la répression des actes de torture. «Il s’agit, par exemple, de la loi sur la prévention et la répression de la torture adoptée par le Burkina en 2014 et incorporée dans le nouveau code pénal adopté en mai 2018» a déclaré le juge Walé Somé Wminpiou Gontran.

…le juge Walé Somé Wminpiou Gontran

Il a néanmoins tenu à faire la distinction entre les actes de torture et les autres actes de violence. «L’on ne parle de torture que si on constate une violence physique ou morale avec l’intervention d’un agent de l’Etat» a-t-il précisé. Même si une cause est légitimée,  elle ne saurait justifier la torture. D’où son interdiction selon lui.

Si d’aucuns font recours à la torture pour obtenir des aveux ou des preuves, le juge préconise les voies légitimes et légales car dit-il, «non seulement nous sommes en république mais on peut aussi s’en prendre à des innocents».

Cette conférence faut-il le préciser, fait suite à une distribution à la Maison d’Arrêt et de Correction de Bobo-Dioulasso (MACB) de 1000 brochures sur les droits et devoirs des personnes en détention. Ce genre d’activités s’étendra aux autres institutions de même nature afin de protéger les droits des personnes potentiellement exposées à la torture.

Cheick Omar Traoré  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *