Accueil » Main courante » Bobo-Dioulasso: 7 présumés délinquants dans les mailles de la police

Bobo-Dioulasso: 7 présumés délinquants dans les mailles de la police

Sept (07) présumés délinquants, spécialisés dans le vol d’engins à deux roues ont été mis aux arrêts par le service régional de police judiciaire des Hauts-Bassins (SRPJ). Ces derniers, ainsi que leur butin ont été présentés à la presse le vendredi 29 septembre 2017 à Bobo-Dioulasso lors d’un point de presse animé pour la circonstance.

Les principaux animateurs du point de presse

Tous des récidivistes, ces 7 présumés délinquants ont pour spécialité le vol d’engins à deux roues notamment les vélomoteurs. Pour soustraire les engins à leurs propriétaires, ces derniers avaient deux modes opératoires selon Dieudonné Boléané, commissaire adjoint du SRPJ/Bobo.

La première méthode consiste pour eux d’être attirés par les engins garés devant les domiciles où il n’y a aucune présence humaine. Si cette condition est remplie, ils se servent ensuite de fausses clés pour soustraire l’engin. Quant au second, il consiste à identifier selon lui, les domiciles où des engins passent la nuit à ciel ouvert. Ainsi, ils s’introduisent dans les domiciles ciblés dans la nuit entre 1 heure et 4 heures du matin puis emportent leur butin en forçant parfois le guidon.

Les présumés délinquants avec leur butin

C’est suite aux informations recueillies auprès des populations que les éléments du SRPJ/Bobo ont, après  six (06) jours  d’investigation, mis aux arrêts ces bandits qui du reste, auraient volé au total deux (22) engins dont douze (12) ont pu être saisis entre leurs mains, le reste ayant déjà été vendu au Mali. Selon Dieudonné Boleané, les enquêtes se poursuivent en vue de retrouver le reste des engins volés.

Du reste, le commissaire invite la population à faire preuve de vigilance quant à leur sécurité et à celle de leurs biens. Aussi, souhaite-t-il qu’elle collabore davantage avec les services de sécurité en dénonçant les cas suspects qu’elles viendraient à constater dans leur entourage car la sécurité dit-il, est une affaire de tous et non le seul fait des professionnels.

En attendant la suite de l’enquête, les présumés délinquants seront mis à la disposition de la justice qui devra statuer sur leur sort.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *