Accueil » Gouvernance - Développement » Bobo-Dioulasso: bientôt un programme d’urgence pour la relance économique

Bobo-Dioulasso: bientôt un programme d’urgence pour la relance économique

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Stéphane Sanou, a rencontré les militants du MPP des marchés et yaars de Bobo-Dioulasso le dimanche 10 septembre 2017. Au menu des échanges, l’accompagnement du secteur informel et la relance économique de Bobo-Dioulasso.

Le présidium lors des échanges avec les militants du MPP des marchés et yaars de Bobo-Dioulasso

Stéphane Sanou, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat et par ailleurs membre du bureau politique national du MPP s’est entretenu avec les militants MPP du secteur informel de la ville de Bobo-Dioulasso. Au cœur des échanges, la relance économique de la ville et l’accompagnement du gouvernement au secteur ci-dessus, évoqué. A cette rencontre, acteurs du secteur informel et ceux des marchés et yaars ont exposé leurs préoccupations auxquelles le ministre a promis des solutions.

Ce dernier a rassuré ses camarades militants par ailleurs acteurs du secteur informel des marchés et yaars de son soutien et de celui du gouvernement. Selon lui, au-delà de ce secteur, c’est toute l’économie de la ville de Bobo-Dioulasso qui sera redynamisée. Pour cela donc, Stéphane Sanou demande aux acteurs de ce secteur d’être unis car dit-il: «l’unité précède la paix et la paix précède toujours le développement».

Programme de soutien au secteur informel

Aux difficultés évoquées par les acteurs du secteur informel, le ministre a égrené un chapelet de mesures d’accompagnement aux opérateurs économiques de manière générale et à ceux du secteur informel en particulier.

D’entrée de jeu, il a évoqué une loi du 27 avril 2017 relative à l’orientation des petites et moyennes entreprises incluant ainsi dans son champ d’application les marchés et yaars. Cette loi vise selon lui, à réorganiser et à mieux structurer ce secteur afin qu’il puisse bénéficier de programme d’accompagnement de la part du gouvernement. A l’issue de l’application de cette loi, les opérateurs économiques et en particulier ceux du secteur informel des marchés et yaars bénéficieront de prêts à un taux zéro (0) et des prêts sans garantie.

Stéphane Sanou a porté à la connaissance ….

En plus de cette mesure, plus de 30 000 opérateurs économiques seront formés dans leurs domaines d’activités respectifs aux frais du gouvernement. A ces dispositions, le ministre a confié à ses interlocuteurs du jour que pour l’accompagnement de leur secteur, il est prévu un budget de 32 milliards de francs CFA environ pour cette année 2017. Enfin ce dernier promet dans les prochains jours une opération d’établissement de registres de commerce au profit des commerçants des marchés et yaars de Bobo-Dioulasso. Cependant, Stéphane Sanou promet à ses camarades qu’il serait appliqué une sorte de politique dans l’exécution de ces mesures d’accompagnement. Selon lui, tous les acteurs du secteur bénéficieront de ce soutien mais les acteurs militants du MPP seront privilégiés. Et c’est ce qu’il a appelé «discrimination positive».

La relance économique de Bobo

….des acteurs du secteur informel des mesures prises pour non seulement le développement de leurs activités mais aussi pour la relance économique de Bobo-Dioulasso

Stéphane Sanou, après avoir mis en confiance ses camarades militants sur l’amélioration de leurs activités, il s’est penché sur la question de la relance économique de la ville de Bobo-Dioulasso qui est le poumon industriel du pays. A l’entame de ses propos sur ce sujet, le ministre laisse entendre: «Nous travaillons à revitaliser l’économie de la ville de Bobo-Dioulasso car nous avons constaté que Bobo était devenue un cimetière d’industries». Sur cet aspect, le ministre dit avoir été instruit le 29 août dernier par le président du Faso de mettre en place un programme d’urgence pour la relance économique notamment industrielle.

Toutefois, 1000 milliards environ, selon lui, pourrait être débloqués pour faire face à cette situation conjoncturelle. Comme pour rendre hommage au défunt président de l’Assemblée nationale pour qui la relance économique de Bobo-Dioulasso était à en croire le ministre d’une importance capitale, il a souligné qu’il lui disait d’un ton comique lors de son dernier passage à Bobo-Dioulasso que: «Si la relance économique de Bobo-Dioulasso ne se rend pas effective dans un délai raisonnable, tu sortirais par la frontière la plus proche».

Premier du genre, les participants ont souhaité que ces types de rencontres se multiplient afin qu’ils puissent être associés aux prises de décisions relatives à leur secteur. C’est un ministre du Commerce très satisfait qui a mis fin à la rencontre en ces termes: «Cette rencontre a été un cadre d’échanges fructueux et soyez-en rassurés que l’économie de Bobo-Dioulasso et celle du Burkina reprendra sa vitesse de croisière car nous avons envisagé des réformes profondes dans ce sens».

Par Abdoulaye TIENON (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *