Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Bobo-Dioulasso: des élèves refusent d’aller en grève pour l’affaire Mabucig

Bobo-Dioulasso: des élèves refusent d’aller en grève pour l’affaire Mabucig

L’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF) en collaboration avec la coordination régionale des délégués généraux des Hauts-Bassins a animé à Bobo-Dioulasso le jeudi 6 avril 2017, une conférence de presse pour attirer l’attention des uns et des autres sur des risques de perturbation de l’année scolaire en cours.

Les représentants des différentes structures d’élèves et d’étudiants à la conférence de presse se sont farouchement opposés à cette grève qui pourrait perturber l’année qui tire vers sa fin
Les représentants des différentes structures d’élèves et d’étudiants à la conférence de presse se sont farouchement opposés à cette grève qui pourrait perturber l’année qui tire vers sa fin

«Depuis un certain temps, des rencontres, des messages et des appels incitant à la grève se font de plus en plus insistants, impliquant une suspension de cours dans les établissements secondaires de Bobo, à la date du mardi 11 avril 2017, relatifs à l’affaire Mabucig (Manufacture burkinabè de la cigarette) en justice actuellement», a d’emblée indiqué Omar Traoré, président de l’AEEEF.

Face à la presse, l’Association s’est dite opposée à toute grève des élèves dans cette affaire surtout à l’approche des examens de fin d’année. «Nous, membres de l’AEEEF et de la coordination des délégués généraux de la région des Hauts-Bassins, dans l’optique de garantir la quiétude, la paix et l’excellence en milieu scolaire, facteur incontestable de meilleurs résultats scolaires, disons non à tout mouvement de grève, à toute perturbation des cours en cette période de fin d’année et surtout des examens», se sont-ils exprimés.

Le Président de l’AEEEF, Omar Traoré, invite les élèves et étudiants à se démarquer de tout mouvement de grève
Le Président de l’AEEEF, Omar Traoré, invite les élèves et étudiants à se démarquer de tout mouvement de grève

Toutefois, l’AEEEF n’ignore pas le caractère nuisible du tabac en milieu scolaire. «Nous sommes tous unanimes que le tabac est nuisible. Mais nous nous démarquons d’une telle revendication, pas parce que nous nous opposons à la lutte contre le tabac, mais parce que nous sommes contre cette forme de lutte qui est de nature à perturber le bon fonctionnement de notre année scolaire et académique qui s’achemine bien vers sa fin», a précisé Omar Traoré qui en plus, a indiqué que les membres de son association ne sont pas prêts à mener une lutte qui sera à la base de la faillite d’une entreprise nationale et de l’asphyxie de l’économie du pays. «Nous ne sommes pas prêts à mener une lutte qui sera à la base de la faillite d’une entreprise nationale afin de favoriser l’introduction de produits étrangers de qualité douteuse sur notre marché national, ce qui pourrait être à l’origine de l’asphyxie de notre économie et en mettant plus en jeu la santé de notre population», a signifié Omar Traoré.

Tout en invitant l’Etat à appliquer et à faire respecter les normes internationales à toutes les firmes de cigarettes agrées au Burkina Faso, Omar Traoré et ses camarades invitent les élèves et étudiants de Bobo-Dioulasso à se démarquer de tout mouvement de grève de nature à perturber les cours; à poursuivre les cours normalement à la date du 11 avril 2017; à être des acteurs de maintien de paix et de quiétude en milieu scolaire et estudiantin et à être à l’écoute de l’AEEEF et de la coordination des délégués généraux de la région des Hauts-Bassins pour d’éventuelles informations.

Cheik Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *