Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Bobo-Dioulasso: les forces vives soutiennent les FDS

Bobo-Dioulasso: les forces vives soutiennent les FDS

Les forces vives de la commune de Bobo-Dioulasso soutiennent les Forces de défense et de sécurité (FDS) dans leur lutte contre le terrorisme. Elles l’ont exprimé à travers une marche suivie de prières et de collecte de fonds pour leur venir en aide. C’était le dimanche 14 octobre 2018.

Opérateurs économiques, autorités politiques et administratives à la tête de la marche

Par cette marche, les forces vives de la commune de Bobo-Dioulasso, constituées d’acteurs de la société, des religieux, des coutumiers, des opérateurs économique, des jeunes, des anciens, des vieux, des femmes, des autorités politiques et administratives de la commune veulent exprimer leur solidarité ainsi que leur soutien aux FDS dans leur lutte contre «l’ennemi invisible».

Les populations sont massivement sorties pour dire «NON» au terrorisme

Partis de la place Téifo Amoro, les marcheurs qui avaient à leur côté le directeur de cabinet de la Présidence du Faso, des membres du gouvernement, des députés de la majorité comme de l’opposition et bien d’autres personnalités, ont battu le pavé pour regagner le Gouvernorat où un mémorandum a été remis au maître des lieux.

Porte-parole des marcheurs, c’est le maire de la commune de Bobo-Dioulasso qui a livré le message au secrétaire général, représentant le gouverneur de la région des Hauts-Bassins. «Les forces vives de la ville de Bobo-Dioulasso sont préoccupées par les attaques barbares et récurrentes que connaît notre pays ces derniers temps pratiquement sur toute l’étendue du territoire national. Ces actes ignobles, d’une gravité jamais connue par notre pays ont pour objectifs, sans doute, de saper l’effort de développement qu’a entrepris notre gouvernement dans un élan de démocratie réelle et ce, depuis maintenant trois an. Ces tueries à répétition que nous subissons au quotidien perpétrées par des individus non identifiés, tentent de semer le doute et la suspicion au sein de notre population. Toute chose qui peut, non seulement, entamer le moral de nos vaillantes Forces de défense et sécurité dans leurs engagements et surtout, créer des germes de la division au sein de la population», a-t-il indiqué avant d’insister sur le fait que le peuple burkinabè, «plus que jamais, a besoin d’un sursaut patriotique et du renforcement de sa cohésion légendaire face à l’ennemi».

Et c’est d’ailleurs ce qui justifie cette marche selon lui. Une marche au cours de la laquelle, les marcheurs, vêtus pour la plupart en blanc, ont exhibé des slogans de soutien aux FDS, mais aussi hostiles aux terroristes.

Al Hassane Siénou, opérateur économique: «Nous sommes tous interpellés»
Bourahima Sanou, maire de la commune de Bobo: «notre peuple, plus que jamais, a besoin d’un sursaut patriotique»

Si à l’occasion, les populations se sont fortement mobilisées, il faut noter que les opérateurs économiques de la ville, conscients selon eux de l’impact des attaques terroristes sur les affaires, se sont particulièrement distingués non seulement par leur forte mobilisation, mais aussi par leur promptitude à mettre la main à la poche pour rassembler 5 millions de francs CFA pour venir en aide aux FDS. «A chaque fois qu’un militaire, un policier ou un gendarme tombe au front, c’est un Burkinabè qui est tombé. A chaque fois que l’intégrité territoriale du pays est menacée, c’est l’économie qui prend un coup. Nous sommes donc tous interpellés. Nous devons donc continuer de soutenir nos FDS pour bouter l’ennemi du Burkina, mais aussi de toute la sous-région ouest-africaine», a laissé entendre Al Hassane Siénou, opérateur économique.

Sorti pour accueillir les marcheurs au nom du gouverneur de la région, le secrétaire général, Bernard Beba, a salué l’initiative des forces vives de la ville mais aussi la «forte» mobilisation.

Cependant, souhaite-t-il que le soutien aux FDS aille au-delà des marches. «Au-delà des marches et autres formes de soutien, nous devons renseigner les FDS sur les faits et gestes que nous constatons dans nos entourages respectifs car les forces du mal ne viennent pas de l’extérieur. C’est de cette manière que nous les auront aidé véritablement dans cette lutte», a-t-il indiqué.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *