Accueil » Arts-Culture » Bobo-Dioulasso: l’édition 2018 du festival «in out dance» se tiendra du 3 au 10 février prochain

Bobo-Dioulasso: l’édition 2018 du festival «in out dance» se tiendra du 3 au 10 février prochain

Avec pour thème «apport de la culture dans le développement d’une nation», l’édition 2018, 5ème du genre, du festival «In Out Dance» se tiendra à Bobo-Dioulasso du 3 au 10 février prochain. L’annonce a été faite le mardi 30 janvier 2018 à Bobo-Dioulasso lors d’une conférence de presse.

Les animateurs de la conférence de presse

Débuté en 2014 à Bobo-Dioulasso et ce, à l’initiative de l’association «Tamadia International», «In Out Dance Festival» vise à rapprocher l’art des populations. L’idée, c’est de donner à voir à tout le monde (riches, pauvres, grands, petits) des spectacles car tous «n’ont pas les moyens de se payer une partie de spectacle en salle».

C’est ce qui justifie selon ses organisateurs, le fait que les spectacles du «In Out Dance Festival» se font sur les places publiques de la ville de Bobo-Dioulasso telles que le grand marché, la gare ferroviaire, la prison civile, le camp militaire et autres.

Pour cette 5ème édition, 15 compagnies de danse de 10 pays que sont le Burkina Faso, la Belgique, la Corée du Sud, la France, les USA, le Togo, le Sénégal, la Chine Taïwan, le Bénin et le Singapour sont attendus avec au total, 32 spectacles à présenter aux populations de la ville de Sya.

Organisée pour annoncer la tenue de cette édition, la conférence de presse a été mise à profit par les responsables de l’association pour décliner les innovations majeures de l’édition 2018 du «In Out Dance Festival». Comme innovations pour cette édition, l’association Tamadia International, conformément à sa mission qui consiste entre autres à rapprocher l’art des populations, a décidé de se déporter dans d’autres localités du Burkina autre que Bobo-Dioulasso dans le but de permettre aux populations de ces localités aussi de bénéficier de spectacles prévenues dans le cadre de cette édition. Ce sont Bama, Houndé et Banfora. Aussi, la durée du festival passe de trois  (03) à sept (07) jours. Une manière pour les organisateurs de le faire profiter à tous.

Aguibou Bougobali Sanou, directeur artistique du festival: «Nous voulons par In Out Dance, rapprocher la danse des populations»

Au menu cette édition, des formations, une rue marchande, présentations de spectacles, une conférence publiques sur le thème. Un thème qui selon Aguibou Bougobali Sanou, directeur artistique du festival, n’est pas le fait d’un hasard. Pour lui, c’est une manière pour eux de poser le débat sur la capacité de la culture à contribuer considérablement au développement d’une nation. «L’un des objectifs du festival c’est de créer un cadre d’échange entre les populations d’ici et d’ailleurs. De ces échanges pourraient naître des projets de développement», a-t-il signifié.

Pour cette édition, 70 millions de francs CFA sont nécessaires pour l’organisation du festival. Mais à quelques jours de la date de l’ouverture officielle, les organisateurs attendent toujours la réaction de leurs partenaires car pour l’heure, disent-ils, «rien ne bouge sur le plan financier».

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *