Accueil » Société » Bobo-Dioulasso : Marche contre l’Impunité et la Stigmatisation des communautés

Bobo-Dioulasso : Marche contre l’Impunité et la Stigmatisation des communautés

A l’appel de la coordination régionale des Hauts-Bassins du Collectif de la Lutte contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés, des populations de Bobo et environnant ont marché le samedi 19 janvier 2019 pour selon elles, dénoncer les tueries de Yirgou et du même coup, réclamer justice pour les victimes.

Ils sont sortis nombreux pour dire NON à l’impunité et à la stigmatisation des communautés

Partis de la place Tiefo Amoro, les marcheurs,  estimés à des centaines, ont arpenté certaines artères de la ville de Bobo scandant des slogans hostiles à la stigmatisation et à la violence  avant de se retrouver à la place de Nation où les autorités locales les attendaient pour recevoir leur message.

Dans ce message lu par le coordonnateur régional du collectif Mamadou Barry, les marcheurs dénoncent avec fermeté le drame de Yirgou et réclame justice pour les victimes. « Au-delà de Yirgou, nous dénonçons l’ensemble des violences et stigmatisations qui sont en train d’être banalisées dans ce pays » a indiqué le porte-parole des marcheurs.

Antoine Atiou, gouverneur de la région des Hauts-Bassins

Estimant que « nul n’a le droit de se rendre soi-même justice surtout dans un état de droit », les marcheurs demandent à ce la justice s’applique aux « fauteurs de trouble et à tous ceux qui sont dans l’injustice ».

Premier responsable de la région des Hauts-Bassins, le gouverneur Antoine Attiou, après avoir reçu la lettre du collectif,  a salué « l’esprit  responsable » du collectif pour le calme et la discipline qui ont encadré la manifestation.

S’inscrivant entièrement dans la philosophie de la marche, ce dernier a déploré les tueries de Yirgou avant de rassurer les marcheurs que depuis les évènements, le président du Faso, « attaché aux valeurs républicaines et de vivre-ensemble » a pris « bras le corps » la question. « Aujourd’hui, nous nous avons un ennemi commun et toutes nos énergies doivent être orientées vers la lutte contre le terrorisme » a-t-il signifié avant de rassurer que : « justice sera faite ».

Mamadou Barry, coordonnateur régional du collectif

Les tueries de Yirgou ont fait 47 morts (essentiellement de la communauté peulh), des blessés et plusieurs centaines de déplacés. C’est suite à ces massacres qu’est né le collectif de la lutte contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés.

Selon Mamadi Barry, le collectif qui sera désormais un cadre de lutte contre la stigmatisation des communautés aura également pour rôle, de faire  la promotion de la paix et de la non-violence au pays des hommes intègres.

Cheik Omar Traoré

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *