Accueil » Société » Bobo-Dioulasso: le mouvement «Y en a marre» s’oppose a l’implantation de CIMAF sur son site actuel

Bobo-Dioulasso: le mouvement «Y en a marre» s’oppose a l’implantation de CIMAF sur son site actuel

Structure de veille citoyenne, le mouvement «Y en a marre» est contre l’implantation de la Cimenterie d’Afrique (CIMAF) sur son site actuel à Bobo-Dioulasso. La raison, cette zone serait, selon les membres de ce mouvement, destinée aux unités agroalimentaires. C’était lors d’un point de presse animée à Bobo-Dioulasso dans l’après-midi du jeudi 26 juillet 2018.

Les conférenciers

Le refus des membres de ce mouvement de voir la cimenterie s’implanter au lieu indiqué se justifie selon eux, par le fait que la zone est destinée aux entreprises agroalimentaires.

Daouada Ouattara, président du mouvement organisateur de la conférence de presse

Pour Daouda Ouattara (président du mouvement citoyen «Y en a marre» et ses camarades, une usine de production de ciment ne peut fonctionner sans émission de poussière. C’est pour cela disent-ils, que la présence de CIMAF dans cette zone «agroalimentaire» présente des risques pour non seulement les unités industrielles déjà existantes, mais aussi et surtout, pour la santé des populations. Car cette unité provoquera entre autres une contamination des aliments produits dans cette zone. Toute chose qui de leur avis, sera «certainement nuisible» à la santé des consommateurs, donc des populations.

«Dangereuse au lieu indiqué pour la santé des populations», cette cimenterie constituerait également une menace pour les autres unités industrielles déjà existantes dans la zone. Celles-ci risqueront donc de fermer car à un moment donné, elles ne pourront plus écouler leurs productions. «Avec les contrôles de qualité, les produits de ces unités ne répondront plus aux normes requises sur le marché et les usines qui les fabriquent seront obligées de fermer les portes et bonjour le chômage. Pourtant ces unités emploient des centaines de jeunes et de femmes», se sont-ils inquiétés.

Les hommes de médias

A travers cette conférence de presse, la structure qui du reste, est une structure de veille citoyenne, dit être dans son rôle d’interpellation. «Notre organisation qui est une structure de veille citoyenne, est dans son plein rôle de prévenir les dangers que pourrait engendrer l’implantation de CIMAF dans la zone industrielle où sont installées plusieurs unités agroalimentaires», a indiqué Daouda Ouattara.

Conscient certes de la contribution de la cimenterie dans la lutte contre le chômage des jeunes, Daouda Ouattara et ses compagnons pensent que le besoin d’emplois pour les jeunes ne devraient faire perdre de vue un certain nombre de dangers. «Nous avons demandé des usines pour Bobo. Nous en demandons encore d’ailleurs. Mais pas au péril de la santé des populations», a-t-il signifié.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *