Accueil » Gouvernance - Développement » Bobo-Dioulasso: le président par intérim du Comite de gestion du marché central installé

Bobo-Dioulasso: le président par intérim du Comite de gestion du marché central installé

1er adjoint au maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Martin Coulibaly a été installé le vendredi 9 février 2018 par le maire de la commune au poste de président par intérim du Comité de gestion du marché (CGM) central de la ville de Sya.

Le présidium lors des échanges avec les acteurs

La nomination de Martin Coulibaly au poste de président par intérim du CGM est consécutive à la suspension d’Ibraïma Traoré qui jusque-là, occupait ce poste. C’est dans le souci de mettre tout le monde au niveau d’information que le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, a convié les commerçants du marché central de Bobo à une rencontre d’échange afin de les informer de la situation «réelle» de la crise qui sévit au sein de la structure en charge de la gestion du marché.

A l’occasion, le maire a d’abord fait la genèse de la création des différentes structures impliquées dans cette gestion avant de se pencher sur la crise qui du reste, s’est soldée par la suspension de l’ancien président du comité de gestion du marché. Et le maire de mettre à profit cette rencontre pour porter à la connaissance des acteurs les raisons qui ont prévalu à la signature du décret n°2018-00012/CB/M/CAB portant suspension de monsieur d’Ibraïma Traoré au poste du président du CGM.

Le maire (assis) procédant à l’installation de Martin Coulibaly (débout) au poste de président intérimaire du CGM de Bobo
Une vue des acteurs présents à la rencontre d’information

En effet selon le maire, il est reproché au président du comité de gestion suspendu des fautes de gestion de la structure. Entre autres, il est accusé d’avoir procédé à la relecture des statuts de la structure sans les soumettre à l’approbation du conseil municipal. Aussi, il aurait relu l’organigramme de la structure en rattachant le service financier et d’autres services à la présidence de la structure. Il aurait également pris des actes financiers notamment la signature de chèque et l’ordonnancement du budget de la structure. Toute chose qui, selon le maire, viole fondamentalement les textes ayant créé la structure. «Au vu des manquements constatés dans la gestion de la structure, il était de notre devoir de prendre nos responsabilités dans la limite des actes administratifs. Maintenant, la suite appartient certainement à d’autres instances», a-t-il signifié.

Organisée pour informer les acteurs des raisons de la suspension du président du comité de gestion du marché central, cette rencontre a été mise à profit par le maire pour non seulement présenter celui qui assurera l’intérim et du même coup, procéder à son installation.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *