Accueil » Arts-Culture » Bonne nouvelle pour la littérature burkinabè.

Bonne nouvelle pour la littérature burkinabè.

Notre confrère Songré Etienne Sawadogo
Notre confrère Songré Etienne Sawadogo

L’ADELF, «L’Association des écrivains de langue française» a remis ce mardi 24 mars, au siège de l’OIF, à Paris sa « mention spéciale» à Songré Etienne Sawadogo, conseiller à la Délégation permanente du Burkina Faso auprès de l’Unesco pour son recueil de poésie «En Seine majeur(e)» édité en avril 2014 par «l’Harmattan».
Conseiller en Sciences et techniques de l’Information et de la Communication, spécialiste des Relations internationales, Songré Etienne Sawadogo entreprend à travers son œuvre un carnet de route d’une grande densité qui a conquis l’ensemble des membres du jury comme l’a relevé son Président, l’universitaire et critique littéraire Jacques Chevrier, lors de la remise de la distinction.
L’ADELF a en outre décerné son «Grand Prix» à l’écrivain d’origine camerounaise, Eugene Ebodé, pour son roman « Souveraine Magnifique» édité par «Gallimard» sur la tragédie humaine que le Rwanda a connu lors du génocide de 1994.
Ces distinctions de l’édition 2015 constituent assurément de belles reconnaissances pour des auteurs de talents ainsi que la qualité de la production littéraire de leurs pays respectifs que sont le Cameroun et le Burkina Faso.
Toutes nos félicitations à Songré Etienne Sawadogo!
Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *