Accueil » Logtoré » Les bouillons de cuisine nous empoisonnent à petit feu

Les bouillons de cuisine nous empoisonnent à petit feu

Le cube Maggi a été créé en 1886 par le Suisse Julius Maggi pour les ouvriers pauvres qui connaissaient une situation sociale difficile et qui ne s’alimentaient pas correctement car la viande et le poisson coûtaient très cher. Alors, pour donner un goût de viande et de poisson dans leur bouillon, Julius Maggi leur imposa le cube Maggi.

Maggi…

Julius Maggi se dit que s’il y a des personnes qui ne peuvent s’acheter de la viande ou du poisson en Europe, cela est donc pire en Afrique. Alors, il l’exporte. Dès 1910, les Africains ont commencé à le mettre dans tous les plats de génération en génération jusqu’à ce jour. Des millions de cubes sont vendus chaque jour en Afrique et dans toute l’Afrique à telle enseigne que, pour éviter des problèmes d’importation, Maggi a créé onze usines sur le continent.

Que peuvent bien contenir ces produits?

On y trouve pêle-mêle des ingrédients dont le nom est imprononçable: glutamate monosodique, guanylate disodique, inosinate disodique et beaucoup d’autres exhausteurs de goût. Une analyse du produit prouve que 100 gr de bouillon cube contiennent jusqu’à 60 gr de sel, voire plus, selon la recette proposée.

Les risques pour la santé

Consommer du cube Maggi chaque jour revient à augmenter les risques cardiovasculaires: hypertension, diabète et… surtout, accident vasculo-cérébral (Avc).

Sournoisement et sans qu’on ne s’en aperçoive, le cube et l’arôme Maggi et les autres produits de la même famille sont les premiers responsables des AVC.

De plus en plus de nutritionnistes africains tentent de s’opposer à l’usage excessif de ces produits. Au Mali, en 2010, un atelier consacré aux «dangers liés aux additifs alimentaires» s’est tenu à Bamako. Il a regroupé des vétérinaires, chercheurs universitaires, médecins mais aussi des représentants du ministère de la Santé, des laboratoires de santé et des agences en charge de la sécurité des aliments. Leurs conclusions sont sans appel: les petits cubes séducteurs de palais peuvent provoquer des troubles cardiaques, de l’hypo ou de l’hypertension, des maladies gastriques, des troubles du comportement chez l’enfant, un gonflement de la prostate, la maladie de Parkinson ou celle d’Alzheimer, etc. Ils peuvent aussi réduire la libido, déclencher des saignements et des infections urino-génitales.

…et Jumbo. Les deux grandes marques

Ce rapport n’a jamais été rendu public. On imagine que l’industrie agroalimentaire a su activer ses réseaux pour maîtriser les ministères. Pendant ce temps, la population africaine consomme de plus en plus d’exhausteurs et abandonne son savoir-faire culinaire.

Partout en Afrique, les restaurants populaires aux couleurs de ces exhausteurs de goût (Maggi, Jumbo, pour les plus connus) goinfrent les populations avec ces poisons lents. Les habitudes alimentaires ayant quitté le foyer familial pour les gargotes, impossible d’éviter ces ingrédients dont la femme africaine ne peut plus se passer.

Mais nous sommes avertis et à chacune et chacun de prendre ses responsabilités pour prévenir des problèmes de santé au moment où les soins coûtent chers.

Les vertus du soumbala sont criées sur tous les toits et sur toutes les antennes des médias audiovisuels; elles noircissent les pages des journaux mais le complexe du  »petit Nègre » a la peau dure: le soumbala pue.

Hidogo, avec afrizap.com et mcreveil.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *