Accueil » Economie-Finances » Budget de l’Etat : Ce que le citoyen doit savoir

Budget de l’Etat : Ce que le citoyen doit savoir

Chaque année dans le cadre de la gestion budgétaire, les premiers responsables chargés du budget de l’Etat animent une conférence publique pour mieux expliquer aux citoyens le fonctionnement de ce budget. Ce 23 Janvier 2019,  les premiers responsables du budget se sont adonnés à cet exercice. En effet, « cette conférence est organisée pour donner l’information du budget au citoyen parce que c’est un droit pour le citoyen et cela participe au civisme fiscal » explique le DG du budget M. Abdoulaye Soulama.

le presidium lors de la conférence publique

«  En cette conférence, nous sommes revenus sur les grandes lignes du budget » précise-t-il d’emblée. A l’entendre, le citoyen lambda doit retenir par rapport au budget que « nous sommes dans un contexte particulièrement difficile avec un environnement international difficile. Donc nous devons travailler au civisme fiscal afin de mobiliser les ressources à l’interne pour faire face aux grands défis du moment ». Aussi indique-t-il «  le citoyen doit aussi comprendre que dans ce budget il y a un effort qui a été fait dans le sens de la prise en charge des engagements du gouvernement avec les partenaires sociaux. En plus de cela il y a des efforts qui ont été fait au profit de nos FDS pour la lutte contre l’insécurité ».

Des ministères ont donc connu leur budget à la hausse. Ce sont entre autres : « le ministère de la santé, la ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) et le Ministère de la défense et de la sécurité » énumère M. Soulama. En terme chiffré mentionne-t-il, le budget du ministère de défense et des anciens combattants, passe de 169,9 milliards de FCFA en 2018 à 209,7 milliards de FCFA en 2019, soit une hausse de plus de plus de 23%. Le secteur de l’enseignement a été doté de 33% de plus que l’année 2018. Aussi, le secteur de la santé a connu une hausse de près de 14%.

le DG du budget M. Abdoulaye Soulama

Selon le directeur général du budget, Abdoulaye Soulama, cela se justifie par le fait que le budget a été élaboré dans contexte marqué par l’insécurité et les contestations sociales. Mais ce qu’il faut savoir c’est que, le budget programme 2019 reste à recouvrir, d’où l’essence et le bien fondé du civisme fiscal.

Parlant justement de civisme fiscale de la part du citoyen « qu’en est-t-il du train de vie de l’Etat » se sont interrogés les journalistes?

A cette question, le directeur générale du budget a noté que quand on parle de train de vie de l’Etat, il faut voir la grande nature des dépenses qui est en fait les dépenses d’acquisitions des biens et services. Aussi, pour ces dépenses d’acquisition des biens et services le montant est resté quasiment stationnaire depuis deux ans » a-t-il rappelé avant d’étayer que «  cette année, cela a augmenté et se situe à 154 milliards simplement parce qu’il a été alloué aux différents ministères des crédits pour faire face aux arriérés d’eau de téléphone et d’électricité. N’eut été ces crédits (de 6 milliards environ), ces dépenses n’allaient pas changer ». A lui alors de dire en terme claire aux citoyens «  que ce qu’ils ont fait dans le budget, c’est de ne pas accroitre cette rubrique pour ne pas que le train de vie de l’Etat change ».

une vue de la presentation du budget en hausse

Faut-il le rappeler, adopté par l’assemblée nationale en sa session de 18 décembre 2018, le budget de l’Etat exercice 2019, se chiffre à 2237,42 milliards de FCFA en recettes, soit une hausse de 418,37 milliards par rapport à 2018 et à 2503,59 milliards en dépenses, soit un déficit budgétaire de plus 266 milliards de FCFA. Sur la base des prévisions de recettes et de dépenses, l’épargne budgétaire se chiffre à 430 milliards de FCFA. Les ressources extraordinaires sont estimées à 252 milliards de FCFA en 2019, contre environ 292 milliards en 2018. La masse salariale de la fonction publique quant à elle, est évaluée à 835 milliards de FCFA. Ce budget exercice 2019 consacre une part importante aux dépenses courantes qui sont, elles, estimées à plus de 1580 milliards.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *