Accueil » Société » Burkina Faso: Les détails des activités du 8-Mars 2017

Burkina Faso: Les détails des activités du 8-Mars 2017

En prélude à la commémoration de la 160ème édition de la Journée internationale de la Femme le 8 mars prochain, le ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille a animé une conférence de presse dans la matinée du mardi 28 février 2017 à Ouagadougou, pour faire le point des activités prévues à cet effet.

La ministre, entourée par ses collaborateurs
La ministre, entourée par ses collaborateurs

L’exclusion sociale a la peau dure au Burkina.

En effet, malgré de nombreuses actions menées en faveur de la protection des droits de la femme, force est de constater que de nombreuses femmes sont toujours victimes d’exclusion sociale. La preuve, selon les données du ministère de la Femme, en septembre 2015, le Centre Delwendé de Sakoula a enregistré 255 victimes d’exclusion sociale pour allégation de sorcellerie, dont 250 femmes, tandis que la Cour de solidarité de Paspanga a totalisé 82 femmes victimes.

En décembre 2016, 926 personnes, pour la plupart des femmes exclues pour cette même raison, ont été répertoriées dans 13 centres d’accueil et cours de solidarité et seulement 61 sont retournées en famille. Toujours en 2016, dans le seul village de Pilimpikou, une centaine de femmes ont été victimes d’exclusion sociale en pleine saison d’hivernage et erraient dans la nature sous la pluie sans savoir où aller.

En plus de cela, on peut noter des cas de femmes exclues pour refus de lévirat et des cas d’exclusion de filles en difficultés, bannies ou chassées pour cas de grossesse non désirée ou de mariage forcé. «De 2007 à 2016, l’Hôtel maternel de Ouagadougou a accueilli et hébergé 205 filles victimes d’exclusion pour raison de grossesse», a confié la ministre de la Femme, Laure Zongo/Hien.

Comme toujours, les journalistes ont répondu nombreux à l'appel de la Femme
Comme toujours, les journalistes ont répondu nombreux à l’appel de la Femme

C’est fort de ce constat amer que le ministère, qui n’est pas resté insensible à cette forme de violences, a décidé de commémorer la 160ème Journée de l’autre moitié du ciel sous le thème «La valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes».

Une brochette d’activités est prévue au niveau national et régional au cours de cette journée. Il s’agit, selon Laure Zongo/Hien, de l’organisation de la cérémonie officielle à Ouagadougou qui est placée sous le haut patronage de la première dame du Faso, Sika Kaboré, et sous le patronage de l’empereur des Mossé, le Mogho Naaba Baongho. Des activités de communication sur l’image de la femme et sa participation au développement, des actions de plaidoyer notamment auprès des leaders coutumiers et politiques, des visites dans les centres de prise en charge des personnes victimes d’exclusion sociale sont aussi au programme.

Laure Zongo Hien a rassuré que la réflexion l'emportera sur la fête
Laure Zongo Hien a rassuré que la réflexion l’emportera sur la fête

Un panel sera organisé le 3 mars au cours duquel le ministère de la Femme va dresser le bilan de la mise en œuvre des recommandations du 8-Mars 2016 ainsi que la célébration collective de mariages. Par ailleurs, à propos de certaines déclarations disant que la journée du 8 mars est plus consacrée à des activités de réjouissance que de promotion des droits de la femme, la ministre a été claire: «Nous ne pouvons pas empêcher chacune d’exprimer sa joie à sa manière, mais le ministère n’accompagne ni n’encourage ni ne finance des activités de réjouissance». En témoigne, selon elle, le programme d’activités de la célébration qui est axée sur la réflexion.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *