Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Le Burkina Faso est l’un des meilleurs réseaux de la sous-région en matière de lecture publique, selon l’OIF

Le Burkina Faso est l’un des meilleurs réseaux de la sous-région en matière de lecture publique, selon l’OIF

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a déclaré, au cours d’une conférence de presse animée ce lundi, que le Burkina Faso est l’un des meilleurs réseaux de la sous-région en matière de lecture publique.

Le présidium lors du point de presse

«Le Burkina Faso est l’un des meilleurs réseaux de la sous-région en matière de lecture publique», a dit le représentant du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’OIF, Eric Adja, qui a félicité le Burkina pour sa politique proactive en matière de lecture publique. Il a donc réaffirmé l’engagement de l’OIF à soutenir ce pays dans l’animation de tout ce réseau des centres de lecture publique.

Joignant l’acte au mot, cette conférence de presse a servi de cadre pour la signature d’une convention d’un montant global de 15 millions de Francs CFA pour accompagner l’animation des réseaux du Burkina. Une manière pour l’OIF de promouvoir la lecture publique. «Notre objectif, c’est de mettre le livre à la portée intellectuelle, matérielle et financière au plus grand nombre de citoyens», a noté le coordonnateur régional du programme Clac, Issa Bongo. Depuis un certain nombre d’années, explique M. Bongo, «nous accompagnons la dynamique du Burkina qui émerge fortement dans le sens de proposer plusieurs offres de lecture aux populations notamment rurales mais aussi dans les grandes contrées». Doté aujourd’hui de 34 Centres de lecture publique et d’animation culturelle, (CELPAC), le Pays des Hommes intègres a le mérite, à entendre M. Bongo, d’être accompagné.

Éric Adjar,représentant de l’OIF pour l’Afrique de l’Ouest

Eric Adja a tenu à préciser que «l’OIF, ce n’est pas que la langue française, ce n’est pas que la promotion de la diversité, c’est beaucoup d’autres choses». La preuve, en dehors de sa mission de promotion de la diversité culturelle, l’OIF intervient aussi dans la promotion de la paix, de l’éducation, de la formation, de l’enseignement, du développement de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme.

Convaincu que seules les entreprises peuvent créer durablement des richesses et des emplois, Eric Adja a noté que l’OIF soutient des incubateurs d’entreprises de jeunes au Burkina Faso, mais aussi un programme éducation en langue nationale pour promouvoir l’enseignement des langues nationales dans l’éducation de base.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *