Accueil » Economie-Finances » Burkina: les mesures vigoureuses de la direction générale des Douanes pour mobiliser 695 milliards de F CFA en 2018

Burkina: les mesures vigoureuses de la direction générale des Douanes pour mobiliser 695 milliards de F CFA en 2018

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités, la direction générale des Douanes du Burkina a organisé le vendredi 18 mai à son siège, à Ouaga 2 000, une conférence de presse sur les réformes entreprises au cours de l’année 2018 pour atteindre ses objectifs dont la mobilisation de 694,93 milliards de francs CFA comme recette au profit du budget de l’Etat. L’objectif de cette rencontre avec les hommes des médias vise à informer l’opinion publique et à éclairer davantage les importateurs.

                                                              Le présidium lors de la conférence de presse

Au Burkina Faso, les missions fiscales, économiques, environnementales et de protection du territoire de l’administration des Douanes ne sont plus à démontrer. Aussi, au nom de la redevabilité, la direction générale des Douanes, avec à sa tête son premier responsable, Adama Sawadogo, a tenu à faire part aux usagers des services des nouvelles stratégies élaborées pour la réalisation des objectifs de l’année en cours.

Ainsi, le directeur général et ses proches collaborateurs ont révélé qu’en 2018, «les objectifs de recettes assignés à la direction générale des Douanes sont de l’ordre de 693,93 milliards de F CFA soit une progression de 15,13% par rapport aux prévisions de 2017». Un effort supplémentaire attendu en 2018 estimé à 119, 72 milliards de F CFA.

Ainsi donc, pour atteindre les objectifs fixés, les douaniers doivent conjuguer leurs efforts et «faire preuve d’imagination».

Ces nouvelles mesures qui pourraient paraître «draconiennes et extraordinaires» pour les opérateurs économiques, mais qui s’avèrent pourtant nécessaires, selon directeur général des Douanes, visent à maîtriser l’assiette et à renforcer le contrôle. L’objectif étant de «lutter contre la fraude, de moderniser et de simplifier les procédures de dédouanement».

Les mesures rigoureuses, mais nécessaires

Le déchargement systématique des camions de plus de deux articles. De l’avis des conférenciers, cette mesure n’est pas nouvelle dans la procédure de dédouanement. C’est la systématisation du principe pour une certaine catégorie de chargement qui constitue la nouveauté. Son avantage dans un contexte d’insécurité est d’éviter les colis piégés et de maîtriser l’assiette par la vérification de certains envois à risques.

Annexer obligatoirement à la déclaration à la douane le Connaissement, le Bordereau électronique de suivi de cargaison (BESC), la Facture fret maritime… Ces documents nécessaires, insiste la direction, renseignent sur la traçabilité des opérations, la quantité des marchandises, leur poids, leur valeur et leur origine.

Lister et fixer des valeurs de référence pour 20 produits les plus importés au Burkina Faso et qui alimentent les courants de fraudes. Cette mesure permet in fine d’intégrer ces valeurs de référence dans SYDONIA aux fins de dédouanement.

Interconnecter les systèmes informatiques douaniers du Togo et du Burkina Faso au cours du premier semestre 2018. Le lancement de cette interconnexion, a-t-on appris, est prévu le 28 mai 2018 à Ouagadougou.

Ces nouvelles mesures viennent renforcer les réformes passées afin d’atteindre les niveaux de performance appréciables.

D’ores et déjà, l’espoir est permis, puisque selon les aveux du directeur général des Douanes, « Nous sommes dans la bonne tendance. Nous sommes à 90% de taux de réalisation par rapport à nos prévisions. En valeur absolue, la mobilisation est déjà à 25 milliards de plus par rapport à 2017».

En rappel, pour une prévision de 603 milliards de F CFA en 2017, 575 milliards de F CFA ont été mobilisés, soit 95, 35% de taux de recouvrement, malgré les situations de grève.

Pour l’année 2018, même si les grèves vont occasionner « un retard de perception, elles n’auront pas d’impact sur les recettes », a expliqué le DG Adama Sawadogo avant d’ajouter que la lutte contre la contrebande sera plus forte cette année. C’est pourquoi, il a recommandé au gouvernement l’augmentation des effectifs ou la mise à disposition de moyens conséquents pour faciliter la mobilité des agents sur le terrain.

Au regard de l’environnement sécuritaire difficile, le DG a tenu a remercier les personnels civil et douanier qui abattent dans l’ombre un travail remarquable souvent au péril de leur vie. Il a réitérer son engagement à collecter de façon optimale les recettes au profit du budget de l’Etat.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *